Trouver un emploi et recruter

Emploi et handicap : La Poste, un exemple à suivre ?

Publié le 18/03/2010 à 05h04

Avec 14 500 salariés, La Poste est le premier employeur de la région. Sa mission de service public lui donne une responsabilité particulière en matière d'intégration des personnes handicapées.

Emploi et handicap : La Poste, un exemple à suivre ?
Avec 14 500 salariés, La Poste est le premier employeur de la région. Sa mission de service public lui donne une responsabilité particulière en matière d'intégration des personnes handicapées.

« Nous avons signé des accords sur le handicap et l'inaptitude, explique Isabelle Hottin, déléguée régionale à la valorisation des ressources humaines. Nous avons embauché 500 personnes en France sur la période 2004-2007 et nous avons un objectif de 600 recrutements pour 2008-2010. » En 2008, 5,26 % des salariés de La Poste étaient handicapés, contre 4,89 % en 2007.

Par ailleurs, La Poste contribue à l'emploi des personnes handicapées en effectuant 1,5 % de ses achats de fonctionnement auprès du secteur adapté et protégé. Dans le Nord - Pas-de-Calais, vingt contrats de fourniture sont en cours avec des Établissements et services d'aide par le travail (ESAT). La Poste a également signé une convention avec Pôle emploi et participe chaque année au train de l'égalité des chances et au forum emploi handicap de Marcq-en-Baroeul.

C'est là qu'a été recrutée Sonia, 31 ans, assistante de gestion en contrat de professionnalisation. Elle a été reconnue handicapée à la suite d'un accident : « Je m'étais fracturé la cheville et j'ai repris le travail trop vite, ce qui a entraîné des complications. » Son handicap n'est pas visible mais elle ne peut pas rester trop longtemps debout ou assise. « À EDF où je travaillais avant, mon handicap n'était pas pris en compte : je devais faire mes quatre heures de suite assise. Ici, mon poste est adapté. J'ai une chaise ergonomique et je peux me lever ou m'asseoir quand bon me semble. Et comme je ne suis pas à un poste de production, je peux étaler ma charge de travail sur la semaine. »

Isabelle Hottin insiste sur la sensibilisation et la formation des managers : « Les employeurs ont parfois peur de poser des questions qu'ils estiment personnelles aux personnes handicapées. Mais on a besoin de connaître leur degré de handicap pour adapter les postes en conséquence. » Sonia, elle, salue l'ouverture de ses collègues : « Même avec un handicap lourd, je pense que j'aurais été aussi bien accueillie. »

La Voix Éco