Trouver un emploi et recruter

Chantal Sellier, une matheuse engagée dans l'égalité des chances

Publié le 16/05/2011 à 05h10

Lavoixeco - Cette matheuse croit avant tout en l'égalité. Pourquoi les femmes de plus de 45 ans auraient-elles plus de mal que les autres à retrouver un emploi  ? Pour y répondre, Chantal Sellier s'est engagée en devenant déléguée de l'association Force Femmes Nord.

Chantal Sellier, une matheuse engagée dans l'égalité des chances
Lavoixeco - Cette matheuse croit avant tout en l'égalité. Pourquoi les femmes de plus de 45 ans auraient-elles plus de mal que les autres à retrouver un emploi  ? Pour y répondre, Chantal Sellier s'est engagée en devenant déléguée de l'association Force Femmes Nord.

Équation complexe. Soit une femme de plus de 45 ans qui se retrouve au chômage. Combien de temps lui faudra-t-il pour retrouver un emploi ?

Déléguée de l'association Force Femmes Nord, Chantal Sellier s'emploie à trouver la meilleure solution. « Elles ont deux handicaps : ce sont des femmes et elles sont considérées comme des seniors. Les entreprises les regardent un peu différemment. Elles entendent des choses comme : " Mais pourquoi voulez-vous travailler à 50 ans ?", "Pourquoi vous ne vous occupez pas de vos petits-enfants ?" ou "Mais enfin, madame, à votre âge...". »

Multiplier les chances

Les bénévoles de Force Femmes redonnent à ces femmes (actuellement, une centaine) un peu de leur confiance perdue et les accompagne dans leur recherche d'emploi. Additionner les compétences. Multiplier les chances de réussite. C'est mathématique. « Moi, j'ai été plutôt chanceuse au cours de ma carrière professionnelle. Je trouve enrichissant de pouvoir aider les autres. »

Plus jeune, Chantal Sellier voulait devenir professeur de maths. « Mes parents étaient ouvriers. Il fallait que je travaille pour payer mes études. Au bout d'un semestre, je me suis dit que j'allais tout rater. J'avais un oncle qui travaillait à La Redoute. J'y suis entrée pour faire des analyses qualité, des statistiques... »

Elle y restera jusqu'en 1990. C'est ce même métier qu'elle exercera toute sa carrière au sein de diverses entreprises, en y ajoutant le conseil en entreprises. Un métier qu'elle n'a pas abandonné, même en retraite : « J'ai créé Chantal Sellier Consulting. Je n'ai pas de patron, pas de salarié. Je fais du conseil, un peu de statistiques. C'est le bouche à oreille qui fonctionne. Ça me permet de bouger un peu, d'aller à Paris, Bordeaux ou Nice. Mais surtout, j'adore ce métier. »

Féministe, admiratrice de Gisèle Halimi ou de Simone Veil, elle est très sensible à la place des femmes en entreprise : « Personnellement, je ne tiens pas à la parité en nombre. Mais s'il faut passer par les quotas pour que ça avance plus vite... Je crois qu'il faut que la femme soit à sa juste place, avec ses valeurs, en complément de l'homme. Mais je suis confiante car les femmes ont tendance à se mettre ensemble, dans les associations notamment, pour être plus fortes. » Fortes femmes. Forte femme. •

La Voix Éco