Lens-Hénin

CAMIF : 19 salariés ronchinois vont travailler à Hénin dès avril

Publié le 24/11/2007 à 11h34

Lavoixeco - Finalement, la CAMIF quitte la zone de Lille... pour le proche bassin minier. Recentré sur la décoration, la cuisine et le mobilier, le magasin verra sa surface divisée par trois. Mais il garde la moitié des quelque quarante salariés qui travaillent encore à Ronchin. Tandis que certains pourraient être repris par Leroy Merlin, prévu pour s'installer à la place de la CAMIF sur le site.

CAMIF : 19 salariés ronchinois vont travailler à Hénin dès avril
Lavoixeco - Finalement, la CAMIF quitte la zone de Lille... pour le proche bassin minier. Recentré sur la décoration, la cuisine et le mobilier, le magasin verra sa surface divisée par trois. Mais il garde la moitié des quelque quarante salariés qui travaillent encore à Ronchin. Tandis que certains pourraient être repris par Leroy Merlin, prévu pour s'installer à la place de la CAMIF sur le site.


Il a tenu parole. Ou presque. Au moment où la CAMIF annonçait ses pertes abyssales, Philippe L'Hermitte, le directeur général du groupe mutualiste, affirmait toutefois dans nos colonnes que la CAMIF ne quitterait jamais la zone de Lille. Question de sémantique, pas de chalandise : «  Ouvrir un magasin à Hénin-Beaumont ne change rien. Plus de 80 % de notre clientèle se situe à une heure et demie de trajet du magasin », tempère Joëlle Loncke, actuelle directrice du magasin ronchinois. Tout près du magasin Ikea d'Hénin-Beaumont, le magasin CAMIF new look semble avoir trouvé un écrin à sa mesure. Nouvelle adresse : Maison +, le pôle commercial dédié à l'équipement de la maison. Il voisinera avec des marques comme Authentica, Casa, Bois et Chiffons... Mais il aura fait le ménage dans ses rayons. Exit multimedia, textile, bricolage... C'est sous l'enseigne CAMIF Imagine que l'ancien magasin chic des enseignants part à la conquête de nouveaux marchés. Ce « recentrage stratégique », comme l'explique le siège niortais, qui vient de revendre une partie de son activité à un fonds d'investissement, était l'une des conditions de sa survie.


La région n'abritera plus le plus grand magasin du groupe. Moins de 2 200 m² dans le Pas-de-Calais font suite aux 6 000 m² qui prenaient leurs aises aux portes de Lille. Le succès de Plaisir, en région parisienne, où CAMIF Imagine fait face à un Ikea, semble assurer des lendemains qui chantent au pôle décoration. « Nous nous rendons compte que nous présentons une offre différente et complémentaire  », assure-t-on au siège.


Déjà, la CAMIF a réussi à sauver une vingtaine d'emplois qui seront délocalisés de Ronchin à Hénin-Beaumont. Le repreneur probable des 16 ha métropolitains, le groupe Adeo (Leroy Merlin, Weldom, Bricoman... 40 000 salariés), qui aurait prévu d'y installer son siège international, pourrait aussi accueillir une partie du personnel. Objectif : aucun licenciement sec.
Adeo ne devrait prendre possession des lieux qu'en avril. Le magasin CAMIF de Ronchin a prévu de baisser rideau juste avant l'ouverture de celui d'Hénin.
Pour éviter de perdre encore des clients.

La Voix Éco