Lens-Hénin

CIRCULER

Bassin minier : le syndicat mixte des transports prépare activement la révolution

vendredi 08.02.2008, 08:46
Bassin minier : le syndicat mixte des transports prépare activement la révolution Jean-Luc Wery, président du SMT, rêve de bus, de tramway, de gares routières, de dépôts et ça le transporte!

Jean-Luc Wery a pris les rennes du syndicat mixte des transports (SMT) à sa création, en 2003. Devant lui, l'enjeu de la cohérence des réseaux de transport sur le bassin minier du Pas-de-Calais. L'essentiel reste à faire mais les grandes lignes, aujourd'hui, sont tracées.

47 millions d'euros. C'est le budget actuel du Syndicat mixte des transports (SMT). « C'est énorme à gérer, explique Jean-Luc Wery, mais... ce n'est pas suffisant pour tout faire. » Le maire de Sains-en-Gohelle pousse plus loin l'analyse : « le financement du syndicat mixte provient, à 100 %, d'une taxe sur les entreprises de plus de neuf salariés et les collectivités, le VT (versement - transport). 90 % de cette somme servent à payer les délégataires de service ».

Mais de quel service parle-t-on ? Celui qui concerne 114 communes réparties sur les bassins de Lens - Liévin - Hénin et de Béthune - Bruay. Pas moins de 610 000 habitants sont touchés. En matière de densité de réseau, c'est le septième plus important en France si l'on tient compte du nombre de personnes desservies. « Dans le Nord - Pas-de-Calais nous arrivons juste derrière la métropole lilloise et ses 1, 1 M d'habitants » insiste le président du SMT comme pour mieux expliquer la nécessité d'une approche globale. Celle, notamment, qui doit prévaloir sur l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais : «  Avant 2003, chacun travaillait dans son coin, sans concertation. La volonté politique qui a prévalu permet aujourd'hui de joindre Auchel à Hénin-Beaumont avec le même ticket de bus à 1,10 E. » Cette première victoire est le fruit de quatre ans d'efforts dont la principale réussite, le BuLLe, a révélé au grand jour une demande jusque-là insoupçonnée ou inexploitée. « Sur cette ligne entre Lens et Liévin, nous sommes passés de 350 000 passagers/an en 2003 à 1 million en 2007 et nous allons étendre cette ligne en conservant l'appellation. » Mais comment faire pour confirmer l'essai et passer à la dimension supérieure ? Le SMT a demandé à un bureau d'études (SEMALY) de décortiquer le territoire selon huit axes possibles. Deux ont été retenus : Liévin - Hénin et Béthune - Bruay. 20 km et 380 M E d'investissement pour le premier 13 km et 220 M E d'investissements à prévoir pour le second. C'est un enjeu majeur du territoire. L'horizon a été fixé pour 2013. Pas de temps à perdre donc. •

YVES PORTELLI

Lire aussi en Lens-Hénin

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix