Cambrésis

Il n'y aura pas de fusion entre les CCI de Cambrai et d'Arras

samedi 06.10.2007, 12:50
Il n'y aura pas de fusion entre les CCI de Cambrai et d'Arras Le 3 avril, Jean Béguin entérinait le projet de fusion avec Arras à Cambrai. Six mois plus tard, tout a changé.

Portée sur les fonts baptismaux il y a quelques mois, la fusion des CCI d'Arras et de Cambrai a été remise en question.

Jeudi, à la Chambre régionale de commerce et d'industrie, à Lille, le préfet de Région a présenté les nouvelles orientations, préconisées par le ministère de tutelle des CCI, en matière de fusion. Donnant au passage raison aux douze démissionnaires arrageois qui réclamaient la constitution d'une CCI de l'Artois. On y va tout droit... Balayé le schéma régional qui avait incité à l'époque Roland Pige, président de la CCI d'Arras (décédé en juillet) et Jean Béguin, son homologue du Cambrésis, à parapher avant les vacances estivales un acte de mariage des deux organismes consulaires.
Une démarche dénoncée notamment par le groupe des douze démissionnaires d'une CCI arrageoise affaiblie, et par le MEDEF, qui réclamaient une seule CCI pour l'Artois. Avec Arras, Béthune et Lens, « pour respecter une cohérence territoriale économique ».
Les préconisations de l'État devraient par ailleurs inciter à la création d'une CCI du Hainaut-Cambrésis (avec Valenciennes, Avesnes et donc Cambrai). Quant au projet de constitution d'un groupement d'intérêt économique entre Béthune et Lens, il n'est également pas validé puisque les CCI béthunoise et lensoise seraient fortement invitées à fusionner avec Arras.
Le littoral va également être amené à réfléchir sur son fonctionnement consulaire : Boulogne et Calais semblent taillés pour travailler de concert. Avec Dunkerque ?
CCI d'Arras : pas de commentaires !


Camouflet ou redistribution des cartes ? Comment accueille-t-on ces orientations à Arras et à Cambrai ? Bernard De Reu, premier vice-président de la CCI d'Arras, et président par intérim depuis le décès de Roland Pige, n'a souhaité faire aucun commentaire. « Je ne dis rien... aux journalistes », explique l'homme, plutôt souriant ces derniers temps, un peu partout dans l'Arrageois, devant les objectifs des mêmes journalistes lors des signatures de convention FISAC pour la revitalisation et la rénovation du commerce local. Là, pas un mot une fois la réunion de Lille, avec le préfet, terminée. Bernard De Reu n'y était pas, mais était représenté. Sa réaction, il la conserve pour plus tard. Peut-être : « Il est trop tôt. Il faut laisser passer le week-end. Il y a trop de contraintes. » Et une polémique dans l'air ?
Jean Béguin, président de la CCI de Cambrai, n'en a pas l'intention. Il appliquera la décision, fût-elle contraire à ses premiers souhaits. Le bureau se réunira très bientôt. « Nous étions partis sur un projet intéressant et consistant avec la CCI d'Arras. Il permettait notamment à Cambrai d'étendre son territoire jusqu'à Marquion, l'un des fers de lance du développement de demain. Nous comptions aussi beaucoup sur le schéma agro-alimentaire dans le cadre de cette fusion. Mais c'est une décision de l'État, et si tel est le cas, il faudra l'appliquer car nous sommes un établissement public. Nous avons, depuis plusieurs mois, investi beaucoup de temps et d'énergie dans ce projet mais je ne regrette rien : il faut positiver et retrouver une voie pour le développement du Cambrésis. »


M. V., B. F. ET S. P.

La Voix du Nord

Lire aussi en Cambrésis

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix