Sambre-Avesnois

Société Paquet à Hautmont, discret siège social d'une holding régionale

Publié le 07/07/2007 à 12h03

Lavoixeco - Après avoir racheté les entreprises hautmontoises Paquet, PSI et Raulin, puis la société jeumontoise Mouvet, Christophe Desmarez est devenu le PDG d'un groupe industriel qui s'étend jusque dans la métropole lilloise. Itinéraire.

Société Paquet à Hautmont, discret siège social d'une holding régionale
Lavoixeco - Après avoir racheté les entreprises hautmontoises Paquet, PSI et Raulin, puis la société jeumontoise Mouvet, Christophe Desmarez est devenu le PDG d'un groupe industriel qui s'étend jusque dans la métropole lilloise. Itinéraire.

Son père était soudeur, dans une usine de Quiévrechain. « Il m'a donné le goût de l'usine, même s'il m'a dit de ne jamais travailler à l'usine. » Il est devenu ingénieur, passant dix ans à Jeumont SA, puis a voulu devenir son propre patron. Il est aujourd'hui le PDG de six usines...

Christophe Desmarez aura 40 ans dans quelques jours. Depuis 2002, après plusieurs rachats, il est à la tête d'une holding qui compte six sociétés : Paquet, PSI et Raulin à Hautmont ; Mouvet à Jeumont ; ACMM à Marcq-en-Baroeul ; Rubis Usinage à Roubaix. Des usines de mécanique, dont chacune a sa spécialité et son savoir-faire reconnu.
Paquet abrite les services administatifs et comptables des sociétés sambriennes. Une autre entreprise, Arexis, aurait dû compléter la liste. Mais un problème technique a provoqué le dépôt de bilan de cette société.

Au-delà de ce petit désastre, la holding Mecanorex se porte bien. À part Mouvet, les usines sambriennes sont concentrées à Hautmont, de part et d'autre de la Sambre, derrière la mairie. En 2006, le groupe de 154 salariés a réalisé un chiffre d'affaires de 14,4 millions d'euros.

Christophe Desmarez n'a pas travaillé qu'à Jeumont SA. De 2000 à 2002, il était à Centracom, route de Valenciennes à Maubeuge. « C'était très bénéfique. J'ai eu accès à tous les métiers de l'entreprise. » Rien à voir avec une grosse société, où chacun est confiné dans son propre rôle.

Christophe Desmarez a démissionné pour créer son groupe. Il attendait que des entreprises soient à céder, et pas pour l'euro symbolique, après un dépôt de bilan : « Un jour, un patron m'a dit que les sociétés à un euro étaient les plus chères. » Paquet et les autres usines ont été rachetées en bonne santé. Le développement se poursuit, et le savoir-faire des ouvriers sambriens reste précieux. Bientôt, deux nouvelles machines (un tour vertical et une aléseuse) seront installées, rue du Clos à Hautmont, dans une extension des ateliers Paquet. L'histoire continue. •

La Voix Éco