Métropole lilloise

ÉCONOMIE

Villeneuve d'Ascq : Tifany Industrie consolide son avenir mais s'interroge sur la localisation

jeudi 17.01.2008, 08:46
Villeneuve d'Ascq : Tifany Industrie consolide son avenir mais s'interroge sur la localisation Laurent Bouin mise notamment sur l'innovation pour conforter et conquérir des marchés. PHOTO LA VOIX.

Il n'y a pas que des laboratoires de recherche à Villeneuve-d'Ascq. Boulevard du comte-de-Montalembert, une usine exporte fièrement ses produits dans le monde entier. Spécialisée dans la vaisselle à usage unique, Tifany Industrie poursuit sa reconquête des marchés initiée voici deux ans.

On avait quitté l'entreprise voici tout juste six mois, en plein renouveau. Depuis, pas mal de choses ont encore bougé, à commencer par l'actionnariat. À la suite d'une longue procédure judiciaire, marquée par un sévère plan social (94 suppressions de postes), le tribunal de commerce de Roubaix-Tourcoing avait confié au groupe d'investisseurs Green Recovery la défunte société EMP-Fourlegnie. Rebaptisée Tifany Industrie, elle entamait alors un difficile redressement, sous la conduite d'un nouveau directeur opérationnel, actionnaire à hauteur de 5 %

Deux ans plus tard, le 16 novembre dernier, Laurent Bouin est « monté » à 25 %, le reste du capital étant désormais détenu par Windhurts Participations, un fonds d'investissement appartenant à François Poitrinal. « Pour le personnel, se réjouit Laurent Bouin, c'est le gage qu'il n'y a pas de rupture de stratégie. On est parti pour pas mal d'années ». La séparation avec Green Recovery, dont la vocation est de toute façon de passer la main après redressement, s'est faite « en de très bons termes », poursuit le manager.

Les bons résultats ont permis d'anticiper le relais d'un an « et d'éviter de se retrouver avec un autre repreneur, avec lequel l'entente ne serait pas forcément aussi bonne ». Conséquence pratique, le siège social de l'entreprise est de nouveau à Villeneuve-d'Ascq et non plus à Rueil-Malmaison.

Reste à régler une épineuse question, dans un contexte économique plutôt porteur pour l'entreprise : celle des relations avec le propriétaire des bâtiments. Sans entrer dans les détails, un conflit oppose les deux parties sur le montant du loyer, d'une part, et les travaux d'entretien d'autre part. Le tribunal d'instance de Lille est intervenu pour rappeler les obligations des uns et des autres. « Je souhaite qu'en 2008, la situation soit clarifiée, lâche Laurent Bouin, car je trouverais dommage que les 110 salariés en pâtissent. » Le bail, quoiqu'il en soit, court jusqu'au 31 décembre 2012.

Propriétaire de ses machines, Tifany Industrie envisage ouvertement la perspectivement d'un déménagement. Mais pour cela, « il nous faut trouver un terrain de 2,5 à 3 hectares, dont une grosse moitié en bâtiments ». Présent lors de la galette des rois de l'entreprise, le maire a promis son aide au cas où la demande serait formellement interdite. Implantée depuis 1971 à Villeneuve-d'Ascq, Tifany Industrie est l'une des deux dernières usines, avec Bouquet d'or, domiciliées dans la ville nouvelle. Ce serait dommage de la laisser partir, surtout à un moment où l'avenir paraît prometteur.

LAURENT WATIEZ

Lire aussi en Métropole lilloise

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix