Presse-régionale.fr

Eclairages d'experts

PAROLES D'EXPERT

«La sauvegarde de l'Europe politique et économique est primordiale»

vendredi 04.05.2012, 18:10
«La sauvegarde de l'Europe politique et économique est primordiale» Quels sont les enjeux économiques de cette élection? Chaque jour, un expert nous apporte son témoignage. Aujourd’hui, Gabriele Suder, professeur de commerce européen et international à Skema Business School.

Quels sont les enjeux économiques de cette élection ? Chaque jour, un expert nous apporte son témoignage. Aujourd'hui, Gabriele Suder, professeur de commerce européen et international à Skema Business School.

1- Quel est pour vous la (ou les) question(s) économique(s) essentielle(s) à la veille de l'élection du nouveau président ?
« La sauvegarde de l'Europe politique et économique, le maintien de la zone Euro.Les relations très fortes que Nicolas Sarkozy a établis avec la chancelière allemande et les autres leaders européens ont démontré sa dimension européenne et internationale, mais certains de ses électeurs français se sont peut-être demandé s'il n'avait pas sacrifié les intérêts de la France au bénéfice de l'Europe. Sa réélection pourrait impliquer un maintien de la politique européenne, incluant le sauvetage de l'Euro. Néanmoins ses déclarations récentes sur une renégociation des accords de Schengen peuvent faire douter de ses intentions.
De son côté, François Hollande a déclaré qu'en cas d'élection, il reconsidérerait les derniers accords européens, ainsi que le plan de sauvetage de l'Euro. Son expérience internationale apparait comme faible en comparaison avec le candidat Sarkozy, mais il est en tête du premier tour des élections présidentielles et obtiendra les votes des eurosceptiques modérés.
Se pose également la question du vote des électeurs FN. Le 6 mai, vont-ils s'abstenir de tout vote ou alors, penchent-ils d'un côté ou d'un autre ? Le programme de Marine Le Pen était clairement anti-européen et anti-international. Elle qui considère les traités européens comme des échecs, tout comme la présence de la France dans la zone Euro, les accords de Schengen ou toutes les initiatives qui accordent la liberté de mouvement des hommes, produits, services et capitaux entre la France et l'Europe... Une catastrophe pour l'avenir d'une France dont la richesse dépend directement et majoritairement de son réseau de partenaires.
Pour finir, le plus européen des candidats et le plus crédible également à l'international, François Bayrou, avait annoncé qu'il ne remettrait pas en question le plan de sauvetage de l'Euro, il ajoutait même que l'Union Européenne devait aller au-delà de sa simple union économique pour devenir un état politique et demandait plus de pouvoir au président de l'UE. Une façon de créer un état fédéral en Europe. Ce rêve était-il une illusion ou une tactique électorale ? Avec le mauvais score remporté par le Modem, nous ne le saurons jamais. Par contre, il peut s'avérer le joker dans la tactique du candidat Sarkozy.
Et à ce moment-là, il pourra sauver ces élections d'un timing infortuné... Car toute crise économique a pour effet des tendances vers un patriotisme fortement déconnecté de la réalité et des besoins de notre monde actuel ».

2- Le débat économique semble se focaliser autour des thèmes de rigueur et/ou de croissance. Qu'est-ce qui vous parait prioritaire ?
« La solution se trouve être le bon équilibre entre rigueur et mesures de croissance. L'objectif no 1 reste la réduction des déficits publics ».

3- Personnellement, y-a-t-il un programme qui vous paraît plus à même de redresser la situation économique de la France ?
« Le programme Sarkozy semble plus approprié car centré sur moins de dépenses. Il a plus de clarté sur les dépenses envisagées. Néanmoins, ses propos récents sur la redéfinition de l'accord de Schengen, une politique de « Buy French/buy European » et autres propos peuvent mettre en cause et en doute la relation qu'il envisage dans un nouveau mandat, de la France avec ses partenaires Européens... Sachant que les entreprises françaises, en particulier les PMEs sont largement dépendantes du commerce intra- Européen pour survivre, ceci pourra par conséquent mettre en souffrance l'économie française. »

Propos recueillis par J.-M. P.

La Voix du Nord
Partager :
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix