L'actualité de la galaxie Mulliez

Pour le directeur d'Auchan Louvroil, la zone commerciale fait partie du « potentiel du territoire »

Publié le 26/01/2011 à 04h15

Lavoixeco - Depuis août, le Nordiste Éric Kieken a pris la direction d'Auchan Louvroil. Bien décidé à développer « le potentiel » de la zone commerciale, lié au territoire.

Pour le directeur d'Auchan Louvroil, la zone commerciale fait partie du « potentiel du territoire »
Lavoixeco - Depuis août, le Nordiste Éric Kieken a pris la direction d'Auchan Louvroil. Bien décidé à développer « le potentiel » de la zone commerciale, lié au territoire.

C'est presque un retour aux sources pour Éric Kieken. Originaire de Bergues, il voulait rejoindre le Nord après des années de périple dans différents magasins : « Vingt-sept ans d'Auchan. » Il l'avoue sans mal : « J'adore la région et j'aime les gens de la terre. » Passionné de chasse, il a aussi trouvé son bonheur en forêt de Mormal. Alors à Louvroil, Éric Kieken « espère (s')inscrire dans le temps ». Fils d'artisan commerçant, il est entré dans le groupe en 1984 : au magasin de Grande-Synthe, il devient chef de rayon crémerie... Il enchaînera les postes : directeur adjoint à Boulogne-sur-Mer, directeur à Saint-Quentin. Éric Kieken s'est aussi exporté en Thaïlande et à Budapest. Là-bas, il a travaillé trois ans au lancement du plus grand Auchan du monde : 26 000 m² à Dunakeski ouverts en 2001. Avant de regagner sa terre natale, il est encore passé à Versailles et au Havre. Bref son curriculum vitae ne manque pas de références. À 50 ans, Éric Kieken est arrivé à Louvroil en août. Et a fort logiquement repris à bras le corps des dossiers, déjà lancés avec plus ou moins du succès (lire ci-dessous) . Il succède ainsi à Éric Moerman.

Et pour le nouveau directeur, les atouts ne manquent pas, persuadé du « potentiel du territoire » et pas seulement en terme de développement commercial. « La Sambre a vu son déclin par l'industrie et c'est aussi par elle qu'elle sortira de la crise avec des entreprises comme Areva, le véhicule électrique ou encore la boucle d'essais ferroviaire, des industries de pointe (...) Et il ne faut pas oublier que nous sommes à deux pas d'un poumon vert, l'Avesnois, avec toutes ses richesses comme le Val Joly. » Et au milieu de ce large territoire : Auchan Louvroil devenu un véritable « pôle d'attraction ». Pour l'expliquer, Éric Kieken a trouvé une image : « Pour les habitants du bassin, c'est comme une double peine : ils sont touchés aujourd'hui au plus fort de la crise, et si nous n'étions pas là, ils n'auraient pas le pouvoir d'accéder à un commerce moderne avec une offre complète. » Une offre qui séduit aussi de l'autre côté de la frontière. « En 2010 ce sont trois millions de tickets de caisse », avance le directeur. Sur une semaine test, ce sont « 28 % du chiffre d'affaires pour 20 % des tickets » réalisés avec les Belges.

Alors Éric Kieken est décidé à « renforcer le site au coeur de l'agglomération Maubeuge-Hautmont-Louvroil en faire un outil le mieux adapté possible aux générations futures (...) Nous devons aussi jouer notre rôle de créateur d'emplois, être un acteur actif dans le bassin. » Aujourd'hui Auchan Louvroil « ce sont 57 enseignes différentes soit 1 200 emplois 500 emplois CDI rien que sur le magasin.

 » L'emploi comme argument majeur au développement, mais pas seulement. Il s'agit aussi de ne pas manquer le passage du train comme on dit. Éric Kieken regrette par exemple l'implantation d'Ikea à Mons : « C'est un peu dommage pour les habitants de Sambre-Avesnois. Mais faisons en sorte que cela nous serve de leçon (...) Il faut aujourd'hui faire en sorte que la région qui a souffert s'en sorte faire tous ensemble pour que demain elle souffre moins. » Et avec Éric Kieken, la zone commerciale de Louvroil veut aussi jouer son rôle. • M. C. H.

La Voix Éco