EMPLOI

Face aux « aléas économiques », il y a des territoires mieux armés que d'autres

Publié le 29/12/2009 à 05h02

Quelles sont les spécificités des territoires du Nord - Pas-de-Calais face aux aléas économiques ? L'INSEE s'est intéressé aux forces et faiblesses des zones d'emploi régionales. Sans surprise, la métropole lilloise est mieux armée pour résister que la Sambre-Avesnois...

Face aux « aléas économiques », il y a des territoires mieux armés que d'autres
Quelles sont les spécificités des territoires du Nord - Pas-de-Calais face aux aléas économiques ? L'INSEE s'est intéressé aux forces et faiblesses des zones d'emploi régionales. Sans surprise, la métropole lilloise est mieux armée pour résister que la Sambre-Avesnois...

Il y a des moments où la réalité rejoint la théorie. Au moment où l'actualité sociale braque ses feux sur les inquiétudes à Arc International, la dernière étude de l'INSEE souligne à quel point le bassin d'emploi de Saint-Omer est fragile, du fait de l'énorme concentration d'emplois liés au géant verrier.

En s'attachant aux forces et faiblesses des territoires de notre région, l'INSEE dresse un portrait très contrasté du Nord - Pas-de-Calais.

C'est ainsi que l'industrie, pilier du développement économique pendant longtemps, ne constitue plus que 17 % de l'emploi régional. À l'image de l'évolution nationale, les activités de biens et services représentent 64 % des effectifs salariés régionaux.

Pour autant, le Nord - Pas-de-Calais se caractérise par une forte concentration des emplois au sein de grands établissements. « Une concentration des emplois dans un petit nombre de secteurs d'activité, si elle s'accompagne d'une concentration des emplois dans un faible nombre d'établissements peut constituer un facteur de fragilité territoriale », explique Jean-Jacques Malpot, directeur régional de l'INSEE. Ce qui est une force peut aussi apparaître comme une faiblesse en période de crise. On le voit avec l'automobile dans le Valenciennois et le Douaisis, la sidérurgie dans le Dunkerquois, ou la vente à distance sur le bassin de Roubaix-Tourcoing.

« Toutes les zones d'emploi ne présentent pas les mêmes atouts. Certaines ont une structure productive et une qualification des emplois qui leur permettent de mieux absorber les chocs économiques, ce qui est le cas de la zone d'emploi de Lille, alors que d'autres semblent plus fragiles comme la Sambre-Avesnois, Saint-Omer et, dans une moindre mesure, Béthune-Bruay ». Concentration d'une industrie, faiblesse de la part des cadres et poids de la population sans diplômes pénalisent ces zones dans leurs volontés de développement.

L'avenir d'un territoire n'est cependant pas déterminé par ces quelques données socio-économiques.

En diversifiant les activités, en développant les pôles d'excellence d'un territoire à l'autre, en accompagnant le développement universitaire au-delà du seul tropisme lillois, le Nord - Pas-de-Calais peut maîtriser son destin. •

La Voix Éco