Pôle I-trans

TRANSPORTS

La métropole au carrefour de l'Europe ferroviaire grâce à une troisième gare TGV à Seclin ?

samedi 22.12.2007, 11:09
La métropole au carrefour de l'Europe ferroviaire grâce à une troisième gare TGV à Seclin ? Une gare TGV à Seclin placerait la métropole lilloise au coeur de l'Europe à grande vitesse.

Défendue par Daniel Percheron, président du conseil régional, et Bruno Bonduelle, président de la CCI Lille Métropole, l'idée de créer une troisième gare TGV métropolitaine à Seclin, afin d'ériger la métropole lilloise en un véritable carrefour de l'Europe ferroviaire à grande vitesse, prend de la consistance. L'hypothèse va en effet être explorée à travers une étude commandée par l'État, la Région, la communauté urbaine, la CCI et la SNCF, entre autres. Objectif commun : préparer le territoire à ce que pourrait être l'offre TGV d'ici 2020.

Il y a tout juste un an, le conseil régional ajoutait à son schéma régional des transports un amendement afin de se laisser l'opportunité de réfléchir à la création d'une gare TGV au sud de Lille. En filigrane, la volonté de voir un jour la ligne à grande vitesse Paris - Bruxelles - Cologne - Amsterdam, qui doit ouvrir en 2008, et qui passera par le Nord... sans s'y arrêter, faire bel et bien une halte en métropole lilloise. Un carrefour naturel, par sa position géographique, « dont il faut conforter la position dans le réseau européen de la grande vitesse ferroviaire », avait estimé Daniel Percheron à l'époque, avant de désigner Seclin, située à proximité de l'aéroport et qui possède les liaisons TER vers Lille et le bassin minier, comme points de chute.

Depuis, la vision a fait son petit bonhomme de chemin. Le président de la Région l'a notamment érigée en une condition sine qua non au succès du Louvre-Lens. Bruno Bonduelle, président de la CCI Lille Métropole, en a fait un nouveau cheval de bataille en imaginant à Seclin « un vrai hub des TGV européens, et non plus une simple halte comme l'est la gare Lille-Europe actuelle ». Tandis que Marc-Philippe Daubresse, candidat à la succession de Pierre Mauroy à la tête de la communauté urbaine, l'a intégrée à son programme.

Bref, dépassant clairement les clivages politiques traditionnels, l'idée, pour qu'elle ne soit pas tuée dans l'oeuf, devait être inscrite dans un cadre. Et c'est désormais chose faite. Réunis autour d'une même table, État, Région, Lille Métropole Communauté urbaine (LMCU), CCI, SNCF, RFF, mission du bassin minier et Agence de développement et d'urbanisme de la métropole lilloise (ADU), qui a reçu la mission de coordonner l'ensemble, ont décidé de lancer une réflexion commune destinée à consolider l'atout TGV à l'horizon 2020 pour la métropole. Réflexion au coeur de laquelle l'hypothèse d'une troisième gare à Seclin figure évidemment en bonne place, et pour laquelle un cabinet d'études vient tout juste d'être désigné, avec un ordre de marche bien précis.

« L'étude sera menée en trois phases », explique ainsi Nathan Starckeman, directeur de l'ADU. « La première consistera à réaliser un diagnostic de l'offre TGV actuelle, en mettant le doigt sur les points forts mais aussi sur les points faibles, et en constituant un patrimoine commun à partir des idées déjà étudiées par les uns et les autres », détaille-t-il.

La seconde phase consistera, elle, à définir ce que pourrait être le trafic grande vitesse d'ici 2020 en se basant sur les investissements programmés, « mais aussi sur ce que nous ne savons pas encore », assure le directeur de l'ADU. « Y aura-t-il par exemple une liaison Londres - Amsterdam ? Nous devrons travailler sur de telles hypothèses. » Enfin, la troisième phase, qui sera abordée après validation par les partenaires des deux précédentes, devra répondre à la question : comment modifier les infrastructures existantes pour absorber l'offre ferroviaire à grande vitesse de 2020 ?

Dans ce cadre, deux hypothèses ont été retenues : ou bien faire avec les deux gares actuelles, Lille-Flandres et Lille-Europe, « et voir si on y arrive et en faisant quoi », ou bien créer une troisième gare, qui se situerait obligatoirement à Seclin en raison de la configuration des lignes. « En sachant que les deux hypothèses pourraient même être appliquées l'une après l'autre », n'exclut pas Nathan Starckeman, pour qui le développement de la demande TGV (8 millions de voyageurs cette année à Lille) sera, quoi qu'il en soit, considérable. •

STÉPHANE HUBIN
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix