EXPOSITION

Salon de l'agriculture : déjà un prix nordiste lors du concours de traction

Publié le 28/02/2010 à 04h04

Premier jour du Salon de l'agriculture de Paris et première récompense, hier, pour les Nordistes. Casquette vissée sur la tête et sourire aux lèvres, Christian Brechignak porte fièrement sa coupe : premier prix de l'épreuve de traction avec son trait du Nord.

Salon de l'agriculture : déjà un prix nordiste lors du concours de traction
Premier jour du Salon de l'agriculture de Paris et première récompense, hier, pour les Nordistes. Casquette vissée sur la tête et sourire aux lèvres, Christian Brechignak porte fièrement sa coupe : premier prix de l'épreuve de traction avec son trait du Nord.

À son côté, le président du syndicat, Yves Spriet, savoure l'instant. « C'est un bon moyen de se faire connaître en dehors de notre région. Chaque année, après le Salon, on fait quelques ventes. Nous-mêmes, avec la Région, nous allons signer un plan de sauvegarde pour le trait du Nord et le boulonnais. » Les aspects environnementaux étant passés par là, plusieurs villes ou parcs naturels ont (re)fait appel aux chevaux pour des tâches d'entretien.

Vanter les spécificités de la région. Un discours qui trouve écho au stand de l'élevage, certainement le plus fréquenté (avec celui des régions). Autre animal, autre patrimoine, la bleue du Nord. Denis Darcque, un des derniers à élever la race, a trouvé auprès des élèves du lycée agricole du Quesnoy un sacré renfort. « On travaille à la mise sur le marché d'un fromage réalisé exclusivement avec du lait de bleue du Nord », confie Sophie Gruener, responsable d'exploitation, mais encore peu encline à la confidence. À peine glissera-t-elle que le fromage sera riche en Oméga 3, les études en cours le prouveront... Les éleveurs y trouveraient un axe de diversification.

Valorisation du secteur

Sur le stand du Département du Nord, on l'assure : « Pendant la durée du Salon, on met entre parenthèses les difficultés de la profession, on en profite pour échanger sur le métier. Nous sommes là pour faire la promotion du monde rural auprès des citadins. À vrai dire, les éleveurs ne viennent pas vraiment pour faire des affaires sauf peut-être sur les très grandes races. C'est plutôt une histoire de mise en valeur de la filière », assure Albert Masurel, directeur de la Maison de l'élevage.

Les questions de fonds resteraient-elles à la porte ? Pas sûr. Car le Salon qui devrait encore attirer cette année près de 700 000 visiteurs reste une formidable caisse de résonance. Qui plus est quand dans quelques jours les agriculteurs-électeurs seront appelés aux urnes... Dans le hall des régions, les inquiétudes pour l'avenir, on les distille à coups de dégustations. Prenez le port de Boulogne. Qui faute de budget avait été absent durant trois ans et qui bénéficie du doublement de surface du stand de la région pour revenir en fanfare. Chaque jour, un produit et un slogan : « En Nord - Pas-de-Calais on a la pêche ». Au sens propre comme au figuré. •

Salon international de l'agriculture jusqu'au 7 mars 9 h à 19 h (le 5 mars jusque 23 h). Entrée : 12 E réduit 6 E.

La Voix Éco