Presse-régionale.fr

La Saga Transpole

picture PHOTOS TRANSPOLE - AMITRAM et LMCU.
jeudi 30.08.2007, 14:02

De Mongy à Keolis, l'aventure d'un grand réseau

Depuis les premiers tramways à chevaux jusqu'au métro automatique, les transports publics ont façonné le visage de la métropole lilloise et donné naissance à l'un des principaux réseaux français.

A écouter, l'interview audio de Dany Mariotte, président directeur général de Transpole et directeur général France de Keolis (propos recueillis par Jacques COINTAT).

Quelle est la place de Transpole dans le classement des réseaux français ?
Comment se compose le capital de l'entreprise ?
Quels sont les chantiers des prochaines années ?
Des projets en matière d'information des voyageurs ?
Quelle est votre vision d'un réseau de transport en commun ?
Un rêve pour le futur ?

Nous sommes en 1872. Lille, qui est passée de 100 000 à plus de 150 000 habitants en vingt ans, s'asphyxie. Face à cette forte poussée démographique et au développement des industries, l'ingénieur Charles Marsillon présente à la ville un projet de tramway hippomobile. Grâce notamment à l'appui financier d'un banquier bruxellois, Simon Philippart, le projet est accepté. La ville délivre alors une concession à Philippart, lui permettant d'exploiter ce réseau d'un nouveau genre « à ses risques et périls ».

La Compagnie des tramways du Nord (CTN), société privée, est créée en février 1874. L'ancêtre de Transpole est né. La même année, les deux premières lignes sont inaugurées. Lille devient la première ville de France à posséder deux lignes de tramway. Roubaix et Tourcoing lui emboîtent le pas trois ans plus tard avec les TRT (Tramways de Roubaix et Tourcoing).

Malgré le succès populaire de ce nouveau mode de transport, plus confortable que les fiacres, les deux réseaux sont loin d'être rentables. Ils subissent des déboires financiers pendant plusieurs années.

Mais le mouvement est lancé. Les deux compagnies poursuivent leur développement et continuent à tisser leur toile. Elles entrent même en concurrence directe sur la ligne Lille-Roubaix, ouverte par la compagnie liloise en 1880.

Mongy passe à la vitesse supérieure
L'année 1905 marque l'arrivée d'un concurrent redoutable, l'Electrique de Lille-Roubaix-Tourcoing (ELRT), fondé par Alfred Mongy. Cet ingénieur lillois a un rêve : poser les fondations d'une véritable métropole en reliant Lille à Roubaix et Tourcoing par un tracé direct. Son projet ? Percer un large boulevard sillonné par deux lignes de tramways électriques dernier cri.

Le Grand Boulevard est inauguré en décembre 1909. Les nouveaux tramways sont plébiscités et rapidement baptisés « Mongy » par la population. Par rapport aux trams électriques de Lille et de Roubaix-Tourcoing, mis en service quelques années auparavant, ils sont beaucoup plus rapides et plus confortables. Pris de vitesse, les deux réseaux voisins accusent le coup. Désormais, trois compagnies se partagent la métropole, chacune pratiquant sa propre politique tarifaire.

Les TRT ne survivent pas à la Première guerre mondiale et sont rachetés par l'ELRT d'Alfred Mongy. Les réseaux de la métropole, bien que très abîmés, sont remis en service et pris d'assaut par la population. C'est l'apogée des tramways. Plus de 340 motrices parcourent 200 km de voies sur une quarantaine de lignes.

Mais c'est aussi le début de la fin. Avec l'introduction des premiers bus en 1933 et l'avènement de l'automobile, les trams perdent du terrain et finissent par disparaître complètement en 1972... sauf un : le fameux « Mongy », ultime survivant du réseau métropolitain.

Un réseau enfin unifié
Au début des années 70, l'idée d'un métro pour la métropole fait son chemin à la communauté urbaine de Lille (CUDL). En 1971, la CUDL sollicite Transexel, une société belge, pour signer avec Matra un accord 50/50 sur la construction et l'exploitation du VAL (Véhicule automatique léger). Quelques années plus tard, elles créeront la Comeli (Compagnie du métro de Lille) pour gérer le futur métro.

Transexel (qui deviendra Via GTI puis Keolis) rachète les réseaux de Lille et de Roubaix-Tourcoing en 1977. Ces deux réseaux de surface (bus et trams) fusionnent en 1982 et donnent naissance à la Cotrali (Compagnie des transports lillois), sous la marque commerciale TCC (Transports en commun de la communauté urbaine de Lille).

En avril 1983, après cinq ans de travaux, la ligne 1 du métro est inaugurée en grande pompe par le Président de la République de l'époque, François Mitterrand. C'est la plus longue ligne de métro automatique du monde. La ligne 2 sera mise en service en 1989. La même année, Cotrali (bus et tram) et Comeli (métro) fusionnent sous le nom TCC. Le réseau de la métropole est enfin unifié. Il aura fallu... 115 ans ! Les TCC seront rebaptisés Transpole en 1994.

Aujourd'hui, Transpole emploie 2 200 personnes, dont près de 850 conducteurs, et devrait réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre de 215 millions d'euros en 2007. Le siège de l'entreprise est situé à Marcq-en-Baroeul, dans les locaux construits par Alfred Mongy au début du siècle dernier.

Parmi les projets, les travaux de rénovation de la station Lille Flandres, « vaisseau amiral » du réseau avec 150 000 voyageurs par jour, devraient être achevés d'ici la fin de l'année. Côté bus, la première des cinq lignes « à haut niveau de service » (LAHNS) sera mise en service en janvier 2008 entre Comines, Lille et Ronchin. Il est également prévu de doubler la capacité de la ligne 1 du métro, arrivée à saturation, dans les années qui viennent.

Jacques Cointat
Illustration - La Saga Transpole Dany Mariotte, PDG de Transpole et directeur général France de Keolis. PHOTO "LA VOIX".

En chiffres

  • 132,2 millions de voyages par an, dont 60% effectués par le métro.
  • 500 000 voyageurs empruntent quotidiennement le réseau Transpole.
  • 2 200 salariés, dont près de 850 conducteurs.
  • 143 rames de métro sur deux lignes (45 km) comportant 60 stations.
  • 353 bus sur 47 lignes.
  • 187 autocars suburbains sur 43 lignes.
  • 24 tramways sur deux lignes (22 km) comportant 36 arrêts.

Chronologie

  • 1874 : création à Lille des premières lignes de tramways à chevaux.
  • 1894 : les premiers tramways électriques de la métropole naissante circulent sur le réseau de Roubaix-Tourcoing.
  • 1905 : Alfred Mongy fonde l'ELRT. Les travaux du Grand Boulevard débutent. Il sera inauguré en 1909.
  • 1933 : achat des premiers autobus.
  • 1972 : les bus ont complètement remplacé les trams. Seul le Mongy résiste.
  • 1977 : le groupe de transport public belge Transexel (ancêtre de Keolis) rachète les réseaux de Lille et de Roubaix-Tourcoing.
  • 1983 : ouverture de la ligne 1 du métro, 4 Cantons – Lille République. Elle est prolongée jusqu'au CHR en 1984.
  • 1989 : fusion du réseau de surface et du métro : Comeli intègre TCC. Ouverture de la ligne 2, Lomme – Lille.
  • 1994 : TCC devient Transpole.
  • 2000 : extension de la ligne 2 jusqu'à la frontière belge (Dron).
  • Automne 2007 : fin des travaux de rénovation de la station Lille Flandres.
  • Début 2008 : mise en service de la première ligne de bus « à haut niveau de service », Comines – Lille – Ronchin.

------------------------------------

Pour en savoir plus

> Le site de Transpole

> Le site de l'association Amitram

 

EN IMAGES

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix