Agriculture et Pêche

CARVIN

La coopérative agricole, lieu destockage d'un grain en transit

vendredi 08.08.2008, 04:44
La coopérative agricole, lieu destockage d'un grain en transit Jean-Pierre Delplanque supervise l'arrivée de dizaines de tonnes de grains à la coopérative.

C'est le coup de feu à la coopérative agricole UNÉAL de Carvin Saint-Paul. Les norias de camions déversent leurs grains fraîchement moissonnés dans les silos. La récolte passée, la revente s'écoulera une année entière.

« Pour l'instant, c'est bon. En plus, comme tous les grains n'étaient pas mûrs en même temps, on a pu les rentrer au fur et à mesure. » En fin connaisseur, Jean-Pierre Delplanque, agent d'exploitation à UNEAL, apprécie la qualité de la moisson 2008. Les premières livraisons sont très encourageantes. Presque trop beau, la pluie ayant mis son grain... de sel : « depuis huit jours, on n'est pas gâté par le temps. » Le travail aux champs interrompu, le bal des camions ne s'est pas interrompu pour autant. Chargés à bloc, ils arrivent d'exploitations situées à Annay, Libercourt, Pont-à-Vendin ou Meurchin. Une quinzaine chaque jour est réceptionnée par Jean-Pierre. D'ordinaire seul en poste, il est secondé l'été par trois saisonniers.

Premières étapes, les chargements sont pesés puis analysés. On estime principalement le taux d'humidité (il doit être le plus faible possible), le poids spécifique ou encore le temps de levée du grain. Depuis 2006, l'Union européenne impose la détection d'un champignon. Ces critères détermineront la destination finale du blé carvinois (lire ci-dessous).

Nettoyage à sec

Une fois déchargés, les grains sont aspirés dans une tuyauterie, débarrassés des poussières et déchets et projetés dans un des deux silos à fond plat de 10 000 et 20 000 tonnes (30 000 t en tout). La coopérative carvinoise reçoit aussi de l'orge, des pois protéagineux, des féveroles et du colza.

Dans le secteur de Carvin, « un tiers des blés est moissonné », selon Jean-Pierre. La suite est conditionnée au retour d'un temps sec : « ça risque de poser problème pour le blé qui est déjà mûr. Un grain qui est déjà levé perd de son poids spécifique. » Tributaire de la météo, l'activité agricole est imprévisible : « On est déjà en retard. D'ordinaire on a terminé le 5-6 août. Là, on espère finir au 15 août. » Mardi, seul le premier silo de 20 000 tonnes était sur le point d'être rempli. « Je sais seulement qu'on sera plein. En 2007, les rendements n'ont pas été bons, on est resté à 28 000 tonnes. » Une fois le coup de bourre des moissons passé, la coopérative va retrouver son calme champêtre et Jean-Pierre ses activités traditionnelles : l'entretien du site, la surveillance du stock et sa protection contre de redoutables prédateurs : ces rongeurs qui adorent casser la graine. •

CHRISTOPHELE COUTEUX

Un an pour écouler la marchandise

Que devient le blé une fois arrivé en silo ? Tout dépend de sa qualité. La meilleure part ira aux amidonniers, le reste à l'alimentation animale.
« S'il est sec et de bonne condition, le grain va être stocké et surveillé, explique Guy Lemoine, chargé de communication à UNEAL. S'il est un peu humide, il va être ventilé. Et s'il est très humide, il va passer en séchoir pour amener le taux d'humidité à 15 %. » Au moment de sa vente, un nettoyage lui sera éventuellement imposé.

Le blé carvinois est principalement destiné aux industriels de l'amidonnerie. Une fois séparé du grain, l'amidon sera utilisé dans la fabrication de produits aussi divers que des cosmétiques, des médicaments ou des sirops de fruit. Le stock restant ira à l'alimentation animale.

Intermédiaire entre producteurs et industriels, la coopérative fait sa marge entre le prix d'achat et le prix de vente. Le blé est acheté aux agriculteurs selon un processus assez complexe, qui varie en fonction des cours de la bourse : « Le prix final ne sera connu qu'en fin de campagne en juin 2009 », précise Guy Lemoine. Les agriculteurs ne vendent pas au prix du marché. On leur donne un acompte et des compléments de prix dans l'année. » Le prix final doit tenir compte des frais engagés par la coopérative (comme le séchage). Plus la qualité du grain est bonne, moins il nécessite d'interventions et plus c'est juteux pour les cultivateurs.

Marché

À l'autre bout de la chaîne, la commercialisation du blé s'étendra sur à peu près un an. « On ne spécule pas, on vend régulièrement tout le temps, pas au prix le plus bas, pas au plus élevé non plus. Par ailleurs, nous sommes liés par contrat avec des industriels avec qui on négocie un prix moyen. » Mais, de plus en plus, les cultivateurs veulent être payés à prix ferme, en fonction du cours de bourse. Une procédure qui risquerait de bouleverser les modes de transaction actuels : « Si tout le monde vend au prix ferme, on ne saura plus comment organiser le marché. » À noter que, pour livrer ses cargaisons , UNEAL privilégie la voie d'eau : « nous sommes le premier transporteur de blé par péniches. » Elles desservent les ports de Dunkerque, belges et hollandais ou des industries nordistes. • 

Lire aussi en Agriculture et Pêche

Nos fiches pratiques et dossiers

«Novembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix