Presse-régionale.fr

Chimie, Pharmacie et Santé

LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ

Des jeunes de Lille-Sud découvrent l'ambition titanesque d'Euratechnologies et nourrissent un peu la leur

lundi 30.04.2012, 05:02
Des jeunes de Lille-Sud découvrent l'ambition titanesque d'Euratechnologies et nourrissent un peu la leur Karine, 21ans, Sarah et Audrey, 16, ont découvert la «cathédrale» des nouvelles technologies, dans les ex-usines Le Blan-Lafont.

Ce n'est pas parce qu'on est issu des quartiers populaires qu'il faut s'autocensurer. Surtout en terme d'emploi. Voilà le message qu'a voulu faire passer Pierre de Saintignon à sept jeunes de Lille-Sud venus découvrir le site d'Euratechnologies, samedi.

Le premier adjoint a joué les guides touristiques dans ce labyrinthe de briques rouges et de verre, implanté au milieu des Bois-Blancs, et « qui lie notre patrimoine industriel et les technologies du XXIe siècle ». Euratechnologies est un peu le temple métropolitain du e-business au sein duquel flotte un parfum de Silicon Valley. C'est aussi, un peu, le « bébé » de Pierre de Saintignon qui répète à l'envi que certains le croyaient fou lorsqu'il s'était engagé dans l'aventure.

Aujourd'hui, les anciennes usines Le Blan-Lafont accueillent 147 entreprises et près de 1 600 salariés. « Mon père travaillait ici. Il serait surpris de voir ce que c'est devenu », relevait un habitant de Lille-Sud, venu se greffer à la visite. Quant aux plus jeunes, ils ne connaissaient pas ou peu le bâtiment. « Je suis passée une ou deux fois devant », confie l'un d'eux. « Moi je pensais que c'était en ruines ! », sourit une ado.

La visite des lieux les emmène jusqu'à la salle de téléprésence, inaugurée fin mars. Quatre écrans imposants. Trois caméras qui permettent de mettre directement en relation des chefs d'entreprises travaillant sur des continents différents. L'outil les fascine. Tout comme l'immensité et le design des lieux et particulièrement la tour du dernier étage, auparavant réservée aux patrons. « C'est classe », lâche Audrey, avec la fraîcheur de ses 16 ans.

Elle habite Lille-Sud. Comme ses deux amies, Karine, 21 ans, et Sarah, 16 ans. Ces jeunes filles se verraient bien travailler dans un tel espace, « où il y a tout le confort pour travailler ». Même si elles viennent d'un quartier populaire, elles ne ressentent pas, ou pas encore, la discrimination liée à leur lieu d'habitation. « C'est peut-être une question de génération », analysent les trois copines d'une seule voix.

En s'attardant sur la terrasse panoramique, Pierre de Saintignon leur a rapidement expliqué les projets en cours, comme l'Université de l'innovation, en partenariat avec Stanford aux États-Unis, dont les premiers locaux commencent à sortir de terre au pied d'Euratechnologies. L'adjoint s'est fait le « VRP » de cet outil qui se veut « d'excellence », en répétant à ces jeunes que s'ils en ont la volonté et les compétences, il leur est accessible, « mais il faut que nous, politiques, créions les conditions pour que la société leur donne une vraie chance ».

Un « circuit court »

Dépêché pour la visite, Jérôme Fauquembergue, le directeur opérationnel d'Euratechnologies a signalé que la structure est dotée « d'une académie d'excellence numérique qui forme chaque année des jeunes des quartiers, quel que soit leur niveau. Cela leur permet d'entrer par la suite dans les entreprises. Une soixantaine sont déjà sortis avec une certification. Une trentaine sont en cours de formation ». Un « circuit court » d'emploi dont les vertus sont vantées par Pierre de Saintignon, mais dont il est compliqué d'apprécier la dimension, car les jeunes formés à Euratechnologies ne sont pas systématiquement embauchés dans les sociétés qui y siègent.

Ismaïl, 20 ans, étudiant en génie civil, a été emballé par la visite. Mais étant donné l'orientation qu'il a choisie, il ne se destinera pas à un avenir professionnel à Euratechnologies. Les trois copines, elles, s'y verraient bien. « Pas pour travailler dans l'informatique mais dans les métiers qui existent autour. » S'ils n'ont pas encore d'idée précise de leur projet professionnel, les jeunes sont en tout cas repartis de leur visite avec un regain d'ambition.

SARAH BINET

La Voix du Nord
Partager :

Lire aussi en Chimie, Pharmacie et Santé

Nos fiches pratiques et dossiers

«Mai 2019»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix