Commerce et Distribution

[VIDEO] Le halal, un marché porteur ... mais sensible

vendredi 21.08.2009, 16:34
[VIDEO] Le halal, un marché porteur ... mais sensible Les musulmans préfèrent encore s'approvisionner dans des boucheries halal, comme ici à Wazemmes, mais les grandes surfaces cherchent à toucher ce nouveau marché. PHOTO PASCAL BONNIERE

Les produits halal occupent une place de plus en plus importante dans les rayons des supermarchés. Pourtant, les grandes surfaces sont encore réticentes à reconnaître vouloir séduire les consommateurs musulmans, qui peuvent représenter jusqu'à 20% de la clientèle des magasins.

Le ramadan, qui doit commencer samedi en France, est devenu ces dernières années un temps fort pour les ventes de produits halal dans la grande distribution. L'alimentation halal, qui veut dire « autorisée » ou « licite », a peu fait l'objet de statistiques en France. Mais selon une récente étude de l'agence Solis, spécialisée dans le « marketing ethnique », le marché est évalué à près de quatre milliards d'euros en 2009 et sa croissance annuelle est estimée à 15%, une aubaine en ces temps de crise. Cette étude relève également que plus de 93% de la population maghrébine et 55% de celle originaire d'Afrique subsaharienne achète des produits halal.

« Longtemps l'offre halal s'est limitée à la viande, à la charcuterie et à quelques produits d'épicerie disponibles dans les commerces traditionnels », note Abbas Bendali, directeur de l'agence Solis. Mais depuis une dizaine d'années la grande distribution a commencé à proposer des produits halal « parce qu'il y a un marché » avec l'arrivée de nouveaux consommateurs, les deuxième et troisième générations issues de l'immigration et dont le pouvoir d'achat est souvent supérieur, poursuit-il.

Un marché porteur

Soupes, raviolis, pizzas, hachis parmentier: les grandes marques nationales (Maggi, Herta, Fleury Michon, Panzani, par exemple) se sont lancées sur ce marché avec des plats cuisinés. Les volaillers comme Duc ont aussi investi le secteur, les foyers musulmans consommant beaucoup plus de viande que les foyers traditionnels.

« Avec un potentiel de 10 à 20% de clientèle musulmane dans nos magasins » les produits halal représentent un marché porteur, reconnaît Stéphane Renaud, acheteur « produits du monde » chez Auchan. Comme à Noël, le ramadan est une période de « très forte consommation » et pour l'occasion, la chaîne n'hésite pas à multiplier par dix voire quinze les surfaces de vente dédiées à l'alimentation halal. Les ventes de feuilles de brick sont multipliées par mille, cite en exemple M. Renaud.

Le groupement de distributeurs Système U « s'adapte à ces zones de chalandise » (zone d'attraction d'un point de vente, ndlr), affirme Thierry Desouches, son porte-parole. « Nous faisons un petit chiffre mais il est en forte progression », poursuit-il.

Des grandes surfaces frileuses

Les grandes surfaces « rêvent de conquérir la clientèle musulmane » mais « elles ne sont pas toutes prêtes à assumer leur choix », regrette Fateh Kimouche, fondateur en 2006 du site Al-Kanz.org, destiné aux consommateurs musulmans. Signe de cette « frilosité », selon lui, la majorité des enseignes préfèrent encore évoquer dans leurs prospectus les « Saveurs de l'Orient » ou « les routes des épices » plutôt que de mentionner explicitement le ramadan.

« Dans un contexte de faible connaissance de l'islam et des musulmans, le halal peut faire peur et la grande distribution peut garder les même réflexes irrationnels qu'une partie de l'opinion », estime pour sa part Jean-Christophe Despres, directeur de Sopi Communication, spécialisée dans la communication « multiculturelle ». « On veut l'argent des beurs mais pas leur image. Pourtant, on doit noter que certaines enseignes commencent à assumer », note-t-il. Selon l'agence Solis, la grande distribution « ne connaît pas ce marché et ne sait pas par quel bout le prendre ».

Avec AFP

Qu'est-ce que le halal ?

L'abattage halal, c'est à dire licite ou autorisée, obéit à certaines règles. La bête, tournée vers la Mecque, doit rester consciente tout au long de son abattage, qui s'effectue par égorgement. Le sacricateur doit être musulman, et doit prononcer le nom d'Allah au moment de tuer l'animal. En France, l'abattage rituel musulman est effectué dans certains abattoirs. Il doit être effectué par un sacricateur habilité par un organisme lui-même reconnu par le ministère de l'Agriculture. Tout sacrifice en dehors de ces abattoirs est illégal.

Lire aussi en Commerce et Distribution

Nos fiches pratiques et dossiers

«Février 2019»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix