Presse-régionale.fr

Commerce et Distribution

« L'agriculture doit faire sa révolution marketing »

lundi 14.05.2012, 05:02
« L'agriculture doit faire sa révolution marketing » Michel-Édouard Leclerc lors de sa récente visite à la centrale d'achats Scapartois, dans l'Arrageois. PHOTO SAMI BELLOUMI

Michel-Édouard Leclerc est le PDG de Leclerc. Il explique la démarche d'Alliances locales qui a été mise en place par son groupe en 2001 et qui se déploie actuellement dans les 25 magasins de la région. Le principe : des associations de producteurs qui livrent les hypermarchés proches de chez eux. En France, 350 magasins y participent avec 8 000 producteurs. Objectif : 520 points de vente et 15 000 à 20 000 producteurs.

- Leclerc met constamment en avant les prix bas. Est-ce compatible avec un revenu correct des agriculteurs ?
« C'est quelquefois difficile. Mais nous ne cherchons pas à vendre au prix le plus bas du marché. À chaque niveau de qualité, il y a un prix. Nous essayons d'être les moins chers dans chaque niveau de gamme. Pour les produits dont la valorisation est plus importante (valeur ajoutée gustative, culinaire, sanitaire, d'origine...), les consommateurs sont prêts à mettre un peu plus cher. Pour autant, certains ménages ne négocient pas leur abonnement téléphonique mais ont du mal à accepter que les carottes soient plus chères. Les agriculteurs pâtissent de cette pression du marché. Des efforts doivent être faits par les producteurs et par les distributeurs car les prix doivent rester compétitifs. »

- Les agriculteurs ont-ils les moyens de négocier en direct avec la grande distribution ?
« Il y a une révolution à faire dans l'agriculture, c'est la révolution marketing. Il faut sortir de la dictature de la cotation, des cours, de la matière brute. Ils doivent dire leur valeur ajoutée. Les producteurs doivent dire en quoi leur cidre est meilleur que l'autre. »

- Des agriculteurs s'érigent contre le coût des Alliances locales (1,5 % de leur CA) ?
« Comment fidéliser les clients à un producteur de poireaux ? La publicité a un coût. Ils doivent y participer un minimum. On ne force personne. S'ils n'y trouvent pas d'avantage, ils ne viennent pas. »

- Est-ce que c'est une manière d'acheter la paix sociale ?
« Non, mais cette démarche ne peut avoir qu'un effet bénéfique. L'agressivité des syndicats agricoles envers la grande distribution est contre-productive. C'est une particularité française. Il faut sortir de ces querelles. »

V. S.

La Voix du Nord
Partager :

Lire aussi en Commerce et Distribution

Nos fiches pratiques et dossiers

«Juillet 2019»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix