Energie et Environnement

ECONOMIE

Rebecques : l'entreprise Biallais, un exemple pour le développement durable

jeudi 10.04.2008, 05:31
Rebecques : l'entreprise Biallais, un exemple pour le développement durable Damien Biallais était un adepte du développement durable avant qu'on en parle. PHOTO LA VOIX.

L'entreprise Biallais, à Rebecques, a été choisie pour illustrer l'application des valeurs du développement durable.


Le développement durable, on en parle beaucoup depuis quelque temps. Sans parfois savoir exactement ce dont il s'agit.
Un peu comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, Damien Biallais est inscrit depuis longtemps dans cette logique (lire ci-dessous). On a pu s'en rendre compte mardi, lors d'une visite de cette société installée à Rebecques, Cela entrait dans le cadre du Coup de projecteur entreprise, à l'initiative de la chambre de commerce et d'industrie, à l'occasion de la Semaine du développement durable.


«  Nous sommes ici à la campagne, dans un environnement exceptionnel mais fragile. Il nous appartient de lui apporter le plus grand soin. Nous avons exploité une carrière de sable et de gravier pendant cinquante ans. Le classement que nous donnait l'administration nous donnait l'impression d'être des pollueurs. Alors que nous, à la différence de beaucoup d'entreprises, on vit sur notre lieu de travail », insiste Damien Biallais, le patron.
C'est alors que la loi Lalonde a interdit toute exploitation dans des vallées où le cours d'eau était classé en première catégorie. «  Ce fut un coup dur, alors que l'ancien site d'exploitation était classé en zone naturelle d'intérêt floristique et faunistique (ZNIEFF), note Damien Biallais. Mais 2006 a vu l'arrivée de mon fils Bruno, ce qui a constitué un nouveau départ, avec du sang neuf. » L'entreprise s'est lancée dans la mise au point de produits nouveaux, toujours essentiellement pour la construction, avec des blocs en béton colorés, des joints colorés également, des mortiers évitant les efflorescences de chaux (des auréoles blanchâtres disgracieuses), etc.
«  Nous recyclons 99 % des sables et mortiers qui ne répondent pas à nos critères de qualité. Nous avons diminué de 50 % la quantité de nos emballages et de 30 % notre consommation d'eau. Par l'utilisation de ciments à base de laitiers (résidus de fabrication d'acier), nous contribuons à la diminution des rejets de CO² dans l'atmosphère. Nous utilisons des pigments naturels pour obtenir 80 % de nos blocs colorés. Nous nous sommes engagés dans un plan d'action sécurité vers l'excellence. Cela, pour diminuer voire supprimer les accidents du travail. Nous sommes dans une entreprise de dix-sept salariés. On connaît chacun d'eux. Quand l'un est blessé, c'est quasiment un membre de notre famille. La sécurité est donc un devoir et une évidence  », estime Damien Biallais. •

PAR JEAN-MARC SZUBA

Développement durable : mode d'emploi

Le développement durable est le résultat de la convergence de trois données : respect de l'environnement, efficacité économique et progrès social et sociétal (ainsi qu'équité).

Le développement durable s'applique surtout aux entreprises mais les collectivités publiques (mairies par exemple), voire les particuliers, peuvent s'y intéresser.
Il y a un risque à oublier une des trois composantes du développement durable. Prenons l'exemple d'une entreprise qui ne vise que la performance. À court ou moyen terme, elle risque d'être rattrapée par la réglementation sur l'environnement ou encore par un mouvement social de son personnel.
On peut voir le développement durable comme une contrainte. On peut aussi l'envisager comme un challenge qui permet aux meilleurs de développer des produits innovants.
Admettre que les matières premières ne sont pas épuisables remet en cause des modes de fonctionnement. Les portes de certaines voitures font ainsi appel au lin, produit renouvelable. Des fabricants de moquette, en prévoyant le recyclage dès la conception, limitent le recours aux matières premières et évitent que des vieilles moquettes posent problème pour leur destruction.
L'entreprise Michelin propose ses conseils à des entreprises de transport routier : un pneu bien gonflé dure plus longtemps. Un pneu qui n'est pas usé jusqu'à la corde peut être rechapé. Tout le monde y gagne : il faut moins de matières premières, les pneus servent plus longtemps et Michelin gagne en performance en devenant prestataire de service et plus seulement fournisseur de pneus. •

Lire aussi en Energie et Environnement

Nos fiches pratiques et dossiers

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix