Energie et Environnement

HENDECOURT-LÈS-CAGNICOURT

L'implantation de dix-huit éoliennes ficelée sans l'avis des élus locaux

jeudi 29.01.2009, 04:48
L'implantation de dix-huit éoliennes ficelée sans l'avis des élus locaux Chaque point représente une éolienne. Les maisons les plus proches sont à 650 mètres pour Hendecourt, 1000mètres pour Vis.

À Hendecourt-lès-Cagnicourt et à Vis-en-Artois, dix-huit éoliennes devraient être mises en service au deuxième semestre 2010. Le projet, qui date de 2006, a émergé au nez et à la barbe des élus grâce aux parfaites connaissances juridiques de l'entreprise, et à une grosse boulette de la préfecture.

PAR EMMANUEL CRÉPELLE
ecrepelle@lavoixdunord.fr

Il a fallu une lettre recommandée pour qu'Andréas Hater, qui se présente comme le technicien de la Société d'électricité du Nord (SEN), daigne assister à une réunion publique. Cela paraît incroyable, mais c'est à cette occasion que la population, et même les élus, ont découvert ce qui les attendait : l'implantation de dix-huit éoliennes sur les territoires de Vis et d'Hendecourt.

L'orateur a eu beau plaider les qualités de ses appareils, les maires et le président de la communauté de communes Osartis goûtent peu la méthode employée.

C'est en 2006 que le territoire intéresse la SEN, qui lance alors des études. Fin 2006, les maires sont rencontrés et en mai 2007, on lance une étude paysagère d'impact, débouchant sur le dépôt des permis de construire en juin. Les éoliennes ne dépassant pas les cinquante mètres de haut, il n'y a pas d'enquête publique. Pour faire simple, les mairies n'ont pas leur mot à dire (même si l'ancienne municipalité d'Hendecourt se prononce quand même pour, après deux votes) elles ne sont que des boîtes aux lettres, et sont chargées de transmettre les permis de construire à la préfecture.

Les permis tacitement acceptés

C'est là que le plus incroyable se produit. Le préfet ne donne pas son avis dans les temps. Du coup, les permis sont tacitement acceptés.

Quand, à la préfecture, on se rend compte de la boulette, on tente d'ajouter des restrictions à cause de la proximité avec la base aérienne 103. Seul problème, on ne peut poser de restrictions sur un permis accordé tacitement. Le tribunal administratif de Lille donne raison à la société. Le projet peut donc se poursuivre, d'autant que les locataires et propriétaires des parcelles ont signé pour les implantations.

Aujourd'hui, la marge de manoeuvre des élus est très mince. Un ultime courrier va partir à la préfecture, cosigné des deux maires, qui s'indignent sur l'instruction de ce dossier par les services préfectoraux, et sur les méthodes employés par ladite société.

Que sait-on finalement de cette société d'électricité du Nord ? Pas grand-chose. Juste qu'il s'agit d'une SARL immatriculée au registre du commerce le 18 mai 2007, au capital de 10 000 E. Son siège social, à Lille, n'est en fait qu'une boîte aux lettres et le numéro de téléphone débouche sur une plateforme. Qui est derrière ? Est-ce que ce sont des actionnaires étrangers ? Aura-t-elle les capacités financières pour gérer les éoliennes pendant des années ? Et dans le cas contraire, qui démonterait les éoliennes ? Autant de questions restées sans réponse. Le technicien a eu le courage de faire face à des charges nourries, mais est surtout resté évasif sur les points les plus sensibles. L'assistance a aussi pointé du doigt cette activité lucrative qui risque de gâcher le paysage. « Moi je ne fais qu'exploiter un régime en place », répondit M. Hater quand certains s'insurgeaient contre les tarifs de rachat de l'électricité pratiqués par EDF.

En 2001, une autre société, Infinivent, avait tenté de s'installer sur le même secteur. Le projet était alors tombé à l'eau à cause de la proximité avec la base aérienne et devant l'opposition des élus. Cette fois, malgré les derniers tirs de barrage des communes comme l'interdiction de passage sur les chemins, on ne voit pas ce qui pourrait permettre d'échapper à ces éoliennes. •

La Voix du Nord

Lire aussi en Energie et Environnement

Nos fiches pratiques et dossiers

«Février 2019»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix