Presse-régionale.fr

Ferroviaire

GARE

Repensée avec boutiques et services, la gare Lille-Flandres offrira un nouveau visage

mercredi 15.06.2011, 05:19
Repensée avec boutiques et services, la gare Lille-Flandres offrira un nouveau visage Dans le hall de la gare Lille-Flandres, la billetterie cédera la place à des espaces d'attente et des boutiques (ici à droite).

Faire sa prise de sang en descendant du TER, déposer son linge au pressing, puis repasser le prendre avant de remonter dans le train, juste après avoir acheté le dîner. Le tout sur le quai de la gare. Impossible ? Que nenni ! D'ici trois ans, voilà à quoi pourrait ressembler la nouvelle gare Lille-Flandres.

À Lille-Flandres, une fois les escaliers du métro gravis, la salle des pas perdus explorée ou les lourdes portes de l'accès principal poussées, placez-vous sur le quai central. Que voyez-vous ? Rien ou presque. Une brasserie, une sandwicherie, un fast-food et un quai de gare bien triste. Le tour d'horizon est rapide. Maintenant, imaginez un hall lumineux, chauffé, des sièges confortables et une dizaine de petites boutiques pour flâner, en attendant le coup de sifflet du chef de gare. La comparaison est évidemment difficile à tenir.

D'où ce pari lancé par la SNCF et sa branche Gare et Connexions de faire de la gare Lille-Flandres « un espace ouvert et en connexion avec la cité », explique Jérôme Bodel, directeur de projet Paris-Nord et Lille, à Gare et Connexions. Pour y parvenir, 20 millions d'euros vont être investis.

Un moindre coût pour transformer la vieille dame (la seconde gare de France en termes de voyageurs) « qui n'a jamais subi de grosses transformations ».

Exit donc le côté tristoune. Place à la lumière et au service. Dans le hall tout d'abord, débarrassé de l'espace billetterie, qui sera reculé vers les quais et réparti en trois espaces dédiés. À la place, des dizaines de boutiques, de 40 à 230 m², verront le jour (contre redevance) ainsi que dans quelques espaces latéraux au quai. « Mais pas question d'en faire un nouveau centre commercial, prévient Jérôme Bodel, qui a une idée précise de ce qu'il veut... ou ne veut pas. On n'y trouvera pas de Jennyfer ou Camaieu, mais plutôt des services immédiats. »

Pas question, donc, pour une même enseigne d'utiliser un très gros espace. « L'idée est de diversifier et d'être qualitatif. » Bijouterie, restauration rapide, café à emporter, petit hypermarché, boutiques de fruits et légumes, boulangerie, tabac, presse, vêtements de sport ou de transport doux, etc. « Un peu à l'image de ce que l'on trouve dans une station-service », avec la garantie supplémentaire de voir passer 65 000 voyageurs au quotidien. « Ce sera peut-être l'occasion d'installer des commerces de proximité et d'apporter une offre complémentaire au centre-ville », souligne Claude Sohet, président de la Fédération lilloise du commerce.

Plus étonnant, la présence d'une conciergerie, d'un laboratoire d'analyses médicales et d'un cabinet médical sont à l'étude. Soit 3 000 m² de boutiques « dont la quasi-totalité accessibles depuis le parvis ». Un hall repensé, qui reprendra sa vocation de zone d'attente, avec des espaces plus chaleureux « et une température garantie de 12 °C en hiver », sourit Jérôme Bodel. Plus accessible aussi grâce à l'installation de portes automatisées (côté rue Faidherbe) et l'agrandissement de l'accès de la place des Buisses, « souvent saturé ».

Du côté du quai, peu de gros changements. « Hormis la bulle d'accueil mal située, qui sera déplacée, et les panneaux d'informations répartis dans différents endroits », pour éviter des attroupements. À l'étage, un centre d'affaires de 1 300 m² sera créé. Et parce qu'il est difficile de les dissocier, un projet de rapprochement avec Lille-Europe est à l'étude avec LMCU, « pour rendre la gare plus visible grâce à de la signalétique ou un chemin piétonnier ». Des travaux qui « ne devraient pas perturber le quotidien des usagers » et qui commenceront dès le milieu de l'année prochaine. •

PAR CÉCILE DEBACHY

EN CHIFFRES

  • 4
    En millions, le nombre de personnes qui ne font que traverser la gare Lille-Flandres chaque année.
  • 16
    En millions, le nombre de voyageurs qui y sont accueillis par an. 46 % d'entre eux empruntent un autre mode de transport (métro, bus) durant leur parcours.
  • 61
    Le pourcentage de trajets dits « pendulaires » (domicile-travail) qui y sont effectués.

Lire aussi en Ferroviaire

Nos fiches pratiques et dossiers

«Décembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix