Presse-régionale.fr

Services aux entreprises

RENCONTRE

Jean-Louis Subileau, le vieux loup de mer qui a remis du vent dans les voiles d'Euralille

mardi 18.05.2010, 08:07
Jean-Louis Subileau, le vieux loup de mer qui a remis du vent dans les voiles d'Euralille Jean-Louis Subileau a été porté à la tête de la SAEM Euralille en 1998 par Pierre Mauroy. PHOTO CHRISTOPHE LEFEBVRE.

Dans les statuts initiaux de la SAEM Euralille, le directeur ne pouvait avoir plus de 65 ans. On les a modifiés pour porter l'âge limite à 67 ans et permettre à Jean-Louis Subileau de poursuivre, à côté de Martine Aubry, son aventure lilloise. Il les a cette année et quittera ses fonctions à l'automne. Après l'Arche de la Défense et Euralille, se présente à lui un autre défi urbain de taille, celui du Louvre-Lens.

Qu'est-ce que ça fait d'être rattrapé par la limite d'âge ?
« On ne peut pas arrêter le cours du temps. On aurait pu modifier une nouvelle fois les statuts de la SAEM (société anonyme d'économie mixte ) pour pousser jusqu'à 70 ans, mais il fallait bien que ça s'arrête un jour. »

Laurent Théry (il a réalisé l'aménagement de l'Île de Nantes), votre successeur, vous le connaissez ?
« Très bien et depuis longtemps. Lui aussi est davantage guidé par la vision du projet qu'il a réalisé que par des intérêts de carrière. »

Lui non plus n'est pas tout jeune.
« 60 ans pour un architecte, c'est jeune. Regardez Jean Nouvel. Je ne fais pas l'apologie de la vieillesse mais le métier d'aménageur suppose d'avoir des connaissances dans des milieux différents, comme celui des architectes, de la politique ou des entreprises de BTP... »

Quand, en 1998, vous prenez la direction de la SAEM Euralille, le paquebot prend l'eau.
« Plus que prendre l'eau, je dirais qu'il était un paquebot à l'arrêt. Il n'y avait plus d'équipage et presque plus de carburant. Comme avec tous les gros navires, ça a été long au redémarrage. »

On aurait pu aussi décider de désarmer le bateau...
« Avant d'arriver à Lille à la demande de Pierre Mauroy (à la suite du décès de Jean-Paul Baïetto), on me disait à Paris : " Qu'est-ce que tu vas faire là-bas ? C'est fini." Et d'ici, tout ça ressemblait à une histoire de fou racontée par des idiots...

Le choix politique a été de poursuivre, d'essayer de garder le cap, en réduisant bien sûr la voilure pendant quelques années. »

Euralille sera-t-il terminé un jour ?
« J'espère que non. Pierre Mauroy disait "Euralille ne finira jamais". D'ailleurs, son slogan n'est-il pas La ville continue ? Euralille est encore peu dense. Il reste des vides à aménager, ne serait-ce qu'au niveau du boulevard périphérique ou des voies ferrées. »

Au moment de recevoir le Grand Prix de l'urbanisme (2001), vous avez dit être entré « par hasard » dans le monde de l'architecture.
« J'ai fait Sciences Po et je m'orientais vers la philosophie politique. On est loin de l'aménagement urbain. Un peu par hasard effectivement et surtout pour gagner un peu d'argent pendant mes études, j'ai participé à un colloque sur la sociologie urbaine. La date était tout sauf anecdotique : c'était les 1 er, 2 et 3 mai 1968. »

Euralille serait-il le centre d'affaires qu'il est devenu s'il n'avait pas été porté par une société d'économie mixte mais par le privé ?
« Je ne crois pas que défendre l'intérêt métropolitain sur le long terme passionne le secteur privé. »

Pour vous, la suite de l'aventure s'écrit autour du Louvre-Lens. On vous voit souvent courir le dimanche, mais on ne vous a pas croisé sur le parcours de la Route du Louvre ce week-end.
« J'avais promis à mes petits-enfants de les emmener à la campagne. L'année prochaine, j'y serai. »

Être issu d'une famille de paysans (près d'Angers) vous a-t-il aidé pour aménager des villes ?
« Un aménageur, comme un paysan, doit veiller sur "son" terrain, valoriser chaque centimètre et surtout ne jamais se lasser. »

Quels sont, à Lille, les grands changements que vous avez notés entre 1998 et 2010 ?
« La métropolisation s'est accrue. Le sentiment d'habiter dans une métropole, auquel contribue Euralille, est plus important qu'il y a dix ans. »

Où, dans Euralille 1 et 2, retrouver l'empreinte de Subileau ?
« Il y a ce qui se voit comme le cuivre du Crowne Plaza, un choix que j'assume, et ce qui se voit moins, au niveau de la méthode de travail, en systématisant par exemple le recours aux concours de promoteurs-constructeurs. Ça a contribué à élever le niveau en qualité. »

Y a-t-il des endroits qui portent la mention « Peut mieux faire » ?
« Les bassins de la place François-Mitterrand ont été installés sans mécanisme de lavage. On n'a pas non plus résolu le problème des dépose-minute au niveau des gares (Jean-Louis Subileau fera une proposition avant de partir)... »

Quelle est votre plus belle aventure professionnelle ?
« Le moment le plus émouvant reste l'ouverture au public de l'Arche de la Défense. » •

La concession d'Euralille s'arrête à la fin de l'année (celle d'Euralille 2 vient tout juste d'être prolongée de cinq ans par les élus de LMCU). Un débat sera ouvert, au plus tard cet automne, au sein de l'assemblée communautaire autour de la question d'Euralille 3000.

RECUEILLI PAR EMMANUEL CRAPET

Lire aussi en Services aux entreprises

Nos fiches pratiques et dossiers

«Novembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix