Presse-régionale.fr

Sidérurgie et Métallurgie

ON EN PARLE

Le périmètre des anciens ateliers Cail est actuellement en plein chamboulement

mardi 08.02.2011, 05:22
Le périmètre des anciens ateliers Cail est actuellement en plein chamboulement Cette photo aérienne des années cinquante montre bien l'emprise de Cail sur le territoire de Denain.

Le secteur des anciens ateliers Cail, rue Pierre-Bériot à Denain, est actuellement livré aux engins de l'entreprise Vitse mandatée par la SOPIC, pour y recréer un tissu économique, tandis que le contournement de la RD 955 est percé. L'occasion de se souvenir de l'importance d'une usine arrêtée il y a vingt-cinq ans.

La photo reproduite ci-dessus, confiée par les Amis du musée de Denain, trône dans le bureau de Christian Montagne, premier adjoint. Elle illustre bien le gigantisme de la société fondée en 1844 par le chimiste Charles Derosne, qui avait d'abord ouvert aux portes de Paris, trente-deux ans plus tôt, un premier atelier de fabrication de matériel de distillation pour l'industrie sucrière.

À la mort de Charles Derosne, en 1845, Jean-François Cail, embauché au départ comme simple chaudronnier, prend la direction de la société qui a essaimé aussi à Douai, Lille, Valenciennes. Il envoie son frère, Jacques, veiller à l'implantation à Denain d'ateliers de constructions mécaniques. Le site est idéal en raison de la présence des Forges et Aciéries (futur Usinor) qui fournit un acier de très haute qualité idéal pour la construction de chaudières de locomotives. Les chaudronneries Cail deviennent très vite aussi la référence pour la confection d'outillage pour les sucreries et les distilleries. Après la crise de 1848 est créée une commandite par actions « J. F. Cail et cie » qui rejoint les entreprises françaises de pointe. En 1861, l'effectif denaisien est de 350 salariés. Six ans plus tard, la société Cail est largement récompensée à l'Exposition universelle.

À la mort de Jean-François Cail, en 1871, la société est reprise par son fils mais la concurrence allemande entraîne la dissolution en 1881 de la commandite qui devient Société des anciens établissements Cail (600 ouvriers), reprise en 1898 par la Société française des constructions mécaniques (SFCM) que préside Louis Le Chatelier. Les ateliers s'enrichissent d'une fonderie, d'une aciérie (deux fours Martin) et d'ateliers de wagonnage. Le centenaire des Ets Cail est fêté en grandes pompes le 21 décembre 1912.

Une locomotive en soixante-cinq jours

Entre 1899 et 1913, la surface des installations industrielles passe de 24 500 m² à 58 400 m² et le nombre de salariés de 1 300 à 4 000. En 1914, comme le signale un article de l'Illustration, la SFCM est capable de fabriquer une locomotive en soixante-cinq jours ! Hélas, la Grande Guerre met un frein à cette incroyable ascension l'usine est vidée par l'envahisseur allemand. Mais les directeurs, MM. Thomas et Rebourg, parviendront à relancer la machine en récupérant le matériel volé par « les pilleurs d'épaves » teutons. Dès 1920, 1 200 ouvriers s'activent sur le site. En 1923, ils sont 4 500 (6 000 avec les autres usines du groupe). Mais l'embellie retombera. En 1948, alors que la fosse Renard ferme, Cail n'emploie plus que 3 000 personnes (elles sont 10 000 à Usinor). En 1958, le site entre dans le giron de la société Fives-Lille-Cail et l'effectif descend encore à un peu plus de 1 200 salariés, les licenciés retrouvant facilement du travail, notamment à Usinor.

En 1981, la société devient Fives-Cail-Babcock par fusion de Babcock Atlantique et Fives-Lille-Cail (4 500 postes sur dix établissements disséminés en France). La dégringolade continue. En décembre 1983, une centaine de postes sont supprimés avec la fermeture du laminoir, du parachèvement et de la coulée continue. En 1984, FCB n'emploie plus en France que 3 527 personnes, dont 525 à Denain. Le 8 avril 1986, le comité central d'entreprise réuni à Paris annonce la suppression de 493 postes et la fermeture inéluctable, à l'été, de l'usine de la rue Pierre-Bériot. Le glas a sonné...

Ne restent plus aujourd'hui que d'immenses hangars, avec quelques sociétés dont la Fonderie et aciérie de Denain (groupe CIF) où travaillent 170 personnes. •

Dans une prochaine édition, nous ferons le point sur les travaux engagés sur le site Cail tant au niveau routier que pour l'aménagement commercial et économique de la zone.

PAR FRANCIS THUILLIEZ

Lire aussi en Sidérurgie et Métallurgie

Nos fiches pratiques et dossiers

«Novembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix