Presse-régionale.fr

Sous-traitance industrielle

ÉCONOMIE

Cèdres Industries, l'autre vie de Frédéric Motte

mardi 09.03.2010, 05:06
Cèdres Industries, l'autre vie de Frédéric Motte Frédéric Motte, en pantalon et chemise couleur claire, dans l'usine de Chennaï (Inde).

On connaît Frédéric Motte, le maire de Beaucamps-Ligny. On connaît aussi Frédéric Motte, le président du conseil économique et social régional. Mais l'homme est aussi et surtout chef d'entreprise. Il vient d'ailleurs de recevoir la grande médaille d'or de la Société industrielle du Nord (SIN). Sa société, Cèdres Industries, emploie 600 salariés dans la région, et bien au-delà.

À première vue, on se dit que c'est atavique : après huit générations de patrons-brasseurs à Armentières (la brasserie Motte-Cordonnier), le fiston a volé de ses propres ailes, créé sa boîte et prospéré. Ça, c'est à première vue... et c'est largement erroné. Car Frédéric Motte, que tout le monde connaît dans les Weppes pour être d'abord maire de Beaucamps-Ligny, agitateur d'idées et président du conseil économique et social régional, est un drôle d'entrepreneur. Qui s'est lancé dans cette aventure un peu par hasard.

« La » rencontre se fait en 1996. Frédéric Motte a 32 ans, est maire de Beaucamps depuis une année et travaille à Wasquehal, comme directeur France de la gestion privée d'une banque belge, la Kredietbank. « « J'étais confortablement installé dans mon fauteuil de banquier et l'un de mes clients est venu me voir pour financer un de ses projets. » Le projet de Gilles Willot, c'est de racheter une entreprise saine, à la recherche de repreneurs.

« Il m'a dit : pourquoi on ne le fait pas à deux ? », raconte Frédéric Motte. Avec le soutien de leurs deux familles ? « Pas du tout, nous nous sommes lancés seuls, enfin plutôt avec l'aide d'un banquier ».

Cette société, ce sera ETCI, à Lens, un sous-traitant industriel. L'aventure est lancée et va se développer selon le même principe : le rachat d'entreprises saines. « Nous n'avons jamais rien acheté au tribunal de commerce », résume Frédéric Motte. Un anti-Bernard Tapie, en quelque sorte...

Car la stratégie de la société est très atypique. Et, ma foi, plutôt séduisante : « Quand on rachète, partant du postulat que l'entreprise est saine et fonctionne bien, on ne change rien : les locaux, les noms. Il n'y a que la couleur du logo qui devient vert et bleu ». Cèdres Industries est donc une fédération de PME et de PMI. Et le siège, situé à Bondues, se résume à quatre bureaux : les deux associés, une assistante et un directeur juridique. « Rien n'est centralisé. Les ressources humaines, la trésorerie restent dans les sociétés. Ça coûte certainement un peu plus cher, mais c'est une marque de confiance, de délégation. Et ça permet une plus grande réactivité ».

Lens, puis Arras, Béthune, Isbergues, Merville, La Gorgue, le Dunkerquois, le Valenciennois, les rachats se sont succédé et Cèdres Industries a grossi. « Nous sommes des apporteurs de solutions industrielles. On conçoit, on réalise et on entretient des process industriels pour de grandes entreprises », détaille Frédéric Motte. L'avantage : avec toutes leurs sociétés, les deux associés peuvent proposer des solutions globales. Exemple ? Une chaîne d'emballage à concevoir ici, un malaxeur pour faire du rouge à lèvres là-bas, des machines pour l'insémination artificielle des vaches ailleurs...

D'où des domaines d'activités très variés : tuyauterie, chaudronnerie, mécanique de précision, traitement des eaux industrielles, automatismes... « Je suis persuadé que si ces entreprises ne s'étaient pas regroupées, aujourd'hui elles seraient toutes mortes », note l'entrepreneur.

Lequel a quitté, avec son associé, les frontières de la région il y a quelques années : « Nous avons racheté une entreprise à Creil, puis une petite société à Roanne, près de Lyon. Et enfin à Avignon en 2009 ». Mieux, depuis deux ans, Cèdres Industries s'est internationalisé : la Tunisie et le Maroc depuis un an et demi, l'Inde plus récemment avec un atelier de 1 000 m². « Nous y employons 80 personnes. Du boulot indien pour des boîtes indiennes ». Autrement dit : pas de délocalisation. « D'ailleurs, à Lens, à ETCI, nous fabriquons des machines que nous vendons en Chine ! », raconte-t-il parfois.

Et maintenant ? Maintenant, c'est un partenariat avec un industriel du Quatar, mais, prévient-il, « l'objectif n'est pas d'avoir le plus beau tableau de chasse. On ne rachète que quand c'est intéressant en terme de stratégie ». Et les clés de la réussite, quelles sont-elles ? « J'en vois deux : d'abord le travail d'équipe. Ensuite, ne pas avoir peur d'embaucher des gens meilleurs que soi ! » •

PAR BENOIT DESEURE

Lire aussi en Sous-traitance industrielle

Nos fiches pratiques et dossiers

«Décembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix