DÉVELOPPEMENT DURABLE

Agenda 21 du pays de Saint-Omer : un carnet de rendez-vous pour préserver l'avenir

Publié le 12/07/2008 à 05h51

Lavoixeco - Le développement durable, dites-vous, je commence à savoir ce que c'est. Et si je ne sais pas vraiment, les médias me rappelant qu'il faudrait l'équivalent de trois Terre pour subvenir aux besoins de la population de la planète si tout le monde vivait (gaspillait) comme nous les Français, me mettent régulièrement le point sur les i. Mais l'Agenda 21, cette expression qui montre de plus en plus son bout du nez, cachée juste derrière son grand frère « Le développement durable », d'où ça sort donc ?

Agenda 21 du pays de Saint-Omer : un carnet de rendez-vous pour préserver l'avenir
Lavoixeco - Le développement durable, dites-vous, je commence à savoir ce que c'est. Et si je ne sais pas vraiment, les médias me rappelant qu'il faudrait l'équivalent de trois Terre pour subvenir aux besoins de la population de la planète si tout le monde vivait (gaspillait) comme nous les Français, me mettent régulièrement le point sur les i. Mais l'Agenda 21, cette expression qui montre de plus en plus son bout du nez, cachée juste derrière son grand frère « Le développement durable », d'où ça sort donc ?

Malgré les craintes s'amplifiant de dérèglement climatique, il aura fallu seize ans (juin 1992, signature de la déclaration de Rio de Janeiro lors de la conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement) pour que l'évidence d'un nécessaire développement durable éclose à nos yeux.

Les écologistes ne sont plus les seuls à en prendre conscience. À côté de la prise en charge de l'environnement qui leur est chère, sont apparues d'autres nécessités, économiques, humaines, sociales. D'où une définition actuelle du développement durable qui sonne juste : « Développement qui répond aux besoins des générations actuelles sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

À l'ordre du jour

Et l'Agenda 21 dans tout ça ? Le mot agenda est bilingue et a un sens un peu analogue en français et en anglais : ordre du jour. A l'ordre du jour du XXIe siècle (voilà pourquoi le chiffre 21) chaque pays présent s'était engagé, à Rio de Janeiro, à lancer chez lui des opérations nationales de développement durable.

Notre ministère de l'Écologie et du Développement durable, faisait parvenir aux préfets, en juillet 2006, une circulaire servant de cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable et les agendas 21 locaux. Un agenda 21 local vise donc à répondre aux besoins de la population locale tout en respectant les critères déjà cités de développement durable.

En 2005, la ville d'Arques lançait son agenda 21 en mettant dans le coup l'ensemble de ses services municipaux et en renforçant son travail d'information des habitants et d'éducation de la population scolaire. Son festival du développement durable, du 18 au 27 avril dernier, démontrait la volonté de développer encore plus la fibre écologique d'une ville qui avait pris les devants, quand, par exemple, dans les années 90 elle lançait ses trois petits bacs de tri sélectif, bleu, vert et jaune que l'association Récup'Aire ramassait.

Aussi avons-nous fait le choix de mettre sous les projecteurs quelques-unes de leurs actions concrètes, au fil de plusieurs articles. C'est d'ailleurs en s'appuyant sur la dynamique d'Arques que le Pays de Saint-Omer lançait, le 1er avril dernier, épaulé par le CERDD (centre ressource du développement durable émanant de l'État et du conseil régional), les bases d'un agenda 21 élargi à son territoire. Auprès d'élus de la CASO et du SMLA, des personnes relais ont été pressenties, issues des collectivités locales, d'entreprises, de l'Éducation nationale, d'associations et de la société civile. •

La Voix Éco