Transport et Logistique

Les femmes se lancent à l'assaut des métiers de la logistique

dimanche 16.12.2007, 12:29
Les femmes se lancent à l'assaut des métiers de la logistique Appréciées pour leur motivation et leur sérieux, les femmes sont en train de se faire une place dans les métiers de la logistique.

Elles ont de 26 à 50 ans, et sont, depuis vendredi après-midi, agents qualifiés en... logistique. Des femmes dans un monde d'hommes. Une vraie carte à jouer pour les participantes qui manient le chariot élévateur comme des mecs. Et même mieux.

Elles sont douze à avoir suivi depuis le 1e octobre cette formation initiée par l'association Elan 62 (insertion professionnelle des personnes en difficulté). Douze à avoir été choisies, après une batterie de tests et d'entretien personnels, parmi 70 candidates. Mais pourquoi dans les métiers de la logistique ? «  Moi, dans ma famille, tout le monde est routier. je voulais vraiment passer mon permis cariste », explique Christelle, 32 ans. Pour d'autres, il ne s'agit pas d'une vocation, mais d'une décision stratégique.

Déjà préparatrices de commandes dans les entrepôts, c'était en effet l'occasion de gagner en polyvalence. Comme pour Émilie, 27 ans, régulièrement intérimaire chez DHL. Et pour les dernières, il s'agissait tout simplement de se former et de sortir de l'inactivité. Nathalie a 33 ans, des enfants, et «  je n'avais aucune expérience, aucune formation, aucun diplôme. Je voulais pouvoir mettre quelque chose sur mon CV. Et finalement, ça m'a beaucoup plu, surtout les chariots... »
« Meilleures que les hommes »

Cette formation a imposé plusieurs modules aux participantes, qui les ont toutes décrochés haut la main : conduite d'engins (CACES 1, 3 et 5), formation de cariste, de préparation à la commande, de gestion des stocks. Les filles terminent actuellement par un stage en entreprise.

Certaines seront prolongées, d'autres devront affronter le marché de l'emploi. Mais avec un bien meilleur bagage qu'auparavant. Et surtout avec cet avantage qui n'échappe pas aux employeurs : « Elles ont eu des notes vraiment exceptionnelles, confie Jérôme Pruvot, de l'Elan 62.

Indéniablement meilleures que les hommes. Et plus motivées, plus régulières. » Loin d'être une faiblesse, la féminité a donc su imposer ses atouts au milieu d'immenses entrepôts. Et les filles apprécient aussi de travailler au milieu d'équipes masculines : «  C'est très sympa, l'ambiance est chouette, il y a toujours quelqu'un pour donner un coup de main en cas de besoin. C'est pas comme quand on est juste entre filles... »

Seul ombre au tableau peut-être : les métiers de la logistique fonctionnent majoritairement avec des intérimaires. Si les filles ne craignent pas de s'éterniser dans ce circuit précaire ? « «  Le principal, c'est d'avoir du boulot. Après, on finira bien pas faire notre place quelque part. » De fait, la formation 2006 avait également suivi 12 femmes. Deux ont abandonné en cours, et six sont déjà embauchées. «  Dans la plupart des cas, l'intérimaire n'est qu'un passage vers une embauche définitive », confirme Jérôme Pruvot. •
> La formation est financée par la direction régionale des droits de la femme et de l'égalité des chances, le fonds social européen et la direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation permanente, en étroit partenariat avec Promotrans, organisme de formation professionnelle dans les transports et la logistique, et l'association Elan 62. Elle s'est déroulée pour la partie théorique dans les locaux d'Euralogistic à Dourges et dans des entreprises du bassin pour les stages.

ANNA MORELLO

Lire aussi en Transport et Logistique

Nos fiches pratiques et dossiers

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix