Presse-régionale.fr

Transport et Logistique

AVENIR DE SEAFRANCE

SeaFrance : la SNCF prête à reclasser les salariés en cas d'échec de la SCOP

jeudi 05.01.2012, 08:47
SeaFrance : la SNCF prête à reclasser les salariés en cas d'échec de la SCOP Le président de la SNCF Guillaume Pepy s’est dit prêt hier soir à proposer un reclassement dans l’entreprise à «l’ensemble des salariés» de SeaFrance. PHOTO ARCHIVES E. BRIDE.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy s'est dit prêt hier soir à proposer un reclassement dans l'entreprise à «l'ensemble des salariés» de SeaFrance en cas d'échec du projet de reprise de la compagnie par la société coopérative (SCOP), porté par la CFDT. Le ministre des Transports Thierry Mariani doit recevoir ce jeudi matin les représentants du projet, après le rejet par les salariés des propositions du gouvernement.

Interrogé lors d'une rencontre avec la presse sur la possibilité d'une telle offre pour les 880 salariés de SeaFrance, menacés de perdre leur emploi en cas de cessation d'activité, M. Pepy a déclaré que tous pourraient retrouver un emploi à la SNCF « sans une journée de chômage ».

Affirmant avoir déjà fait cette proposition à plusieurs reprises, le patron de la compagnie ferroviaire, maison-mère de SeaFrance, a toutefois précisé que, dans un tel cas de figure, seul « un petit nombre » de salariés pourraient retrouver un emploi « sur place ».

Bientôt des lignes longues distances par autocar SNCF

Il a également souligné que les emplois proposés ne seraient « pas dans les mêmes métiers », évoquant notamment la possibilité pour les salariés de SeaFrance de devenir chauffeurs d'autocars, alors que la SNCF entend développer prochainement une offre dans le transport longues distances par autocar.

Les artisans du projet de coopérative ouvrière (SCOP) pour SeaFrance ont renvoyé hier la balle dans le camp du président Nicolas Sarkozy, jugeant que sa proposition avancée deux jours plus tôt de racheter SeaFrance avec des indemnités de licenciement n'était « pas faisable ».

Obstacles juridiques, commerciaux et techniques

La solution esquissée lundi par le président de la République « ne peut être envisagée en raison de l'insécurité juridique qu'elle engendre », ont écrit les leaders de la CFDT, qui défendent ce projet, dans une lettre ouverte recensant toute une série d'obstacles juridiques, commerciaux et techniques.

Nicolas Sarkozy, qui suit de très près la question de l'emploi et des restructurations à trois mois de la présidentielle, a pris tout le monde de court lundi en décidant d'aider les SeaFrance, alors que ses ministres étaient peu optimistes.

Une table ronde pour « sauver les emplois »

Le président a demandé à la SNCF d'apporter son aide en versant aux salariés des indemnités exceptionnelles, qui pourraient atteindre 50 à 60.000 euros, pour leur permettre de les réinjecter dans la coopérative.

Il a par ailleurs proposé que la SNCF rachète les bateaux afin de les relouer par la suite pour une somme modique à la SCOP, seule offre en lice pour reprendre SeaFrance, qui emploie 880 personnes en CDI à Calais et génère au moins autant d'emplois indirects.

En préalable à ces mesures, M. Sarkozy jugeait toutefois « inéluctable » la liquidation définitive de la compagnie, une étape générant trop d'« incertitude » aux yeux des partisans de la SCOP, qui réclament une table ronde pour « sauver les emplois » en urgence.

« Des solutions existent »

Le dossier de la SCOP, pour laquelle il manque 50 millions d'euros, doit être rendu ce vendredi soir, avant une ultime audience lundi devant le tribunal de commerce de Paris.

Les défenseurs de la SCOP affirment toutefois que « des solutions existent » pour financer leur projet, par le biais d'un prêt remboursé en vendant un navire à une société d'économie mixte.

Les représentants de la SCOP reçus ce jeudi par Thierry Mariani

Le ministre des Transports Thierry Mariani doit recevoir ce jeudi matin les représentants de la SCOP pour SeaFrance et ceux de la SNCF pour une réunion de travail.

Depuis la mi-novembre, les quatre navires de Seafrance sont retenus à quai en raison de craintes pour la sécurité. Ses clients ont été récupérés par le concurrent britannique P&O ainsi que par Eurotunnel.

avec AFP.
Partager :

Lire aussi en Transport et Logistique

Nos fiches pratiques et dossiers

«Juillet 2019»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix