CONFLIT

Débrayage au Crédit Agricole pour tenter de renforcer les salaires

Publié le 09/11/2011 à 04h15

Lavoixeco - Un mot d'ordre de grève a été suivi hier matin par plus de 400 salariés de la caisse régionale du Crédit Agricole réunis au siège de Lille.

Débrayage au Crédit Agricole pour tenter de renforcer les salaires
Lavoixeco - Un mot d'ordre de grève a été suivi hier matin par plus de 400 salariés de la caisse régionale du Crédit Agricole réunis au siège de Lille.

Signe des temps compliqués traversés par les banques, la principale revendication des syndicats FO et CFDT concernait le renforcement de la rémunération fixe du personnel. « Nous voulons sécuriser les rémunérations en transformant 30 % de l'intéressement en salaire », explique Jean-François Innocenti, délégué FO. Le syndicat majoritaire précise que l'intéressement représente 26 % de la rémunération nette des agents.

Calculée en fonction des performances de l'entreprise, cette rémunération variable devrait être « tassée » par la baisse du résultat de la banque en 2011 (de 202 millions d'euros en 2010 à 170 cette année selon FO). Le syndicat estime le manque à gagner à 60 euros par mois l'an prochain et à 150 les deux années suivantes.

La direction générale a reçu les représentants syndicaux pour préciser sa position : « En 2011, la masse salariale aura été augmentée de 4 % et en 2012, la hausse moyenne des rémunérations avant négociation annuelle obligatoire dépassera 4,75 %. » Elle fait valoir que le montant de l'intéressement et de la participation est passé de 15 à 25 millions d'euros entre 2002 et 2010.

Au plan de l'emploi, la direction rappelle que le Crédit Agricole Nord de France a recruté 1 650 collaborateurs depuis 2002.

En l'absence d'accord, les grévistes ont occupé les locaux du siège une partie de l'après-midi avant d'être évacués dans le calme par les forces de l'ordre.

Aucune date de négociation n'ayant été fixée, les salariés, ont décidé de reprendre leur mouvement de grève aujourd'hui et manifesteront à nouveau ce matin au siège de la banque. •

La Voix Éco