A la Une

Le groupe régional d'Okaïdi rachète Éveil & Jeux à la FNAC

Publié le 19/11/2010 à 04h09

C'était dans les tuyaux depuis cet été et c'est à présent officiel. Les fondateurs d'Okaïdi s'offrent un joli coup d'estime en prenant les commandes du spécialiste du ludo-éducatif délaissé par le groupe multinational PPR. Les nouveaux dirigeants roubaisiens s'expriment pour nous pour la première fois et c'est une belle histoire...

Le groupe régional d'Okaïdi rachète Éveil & Jeux à la FNAC
C'était dans les tuyaux depuis cet été et c'est à présent officiel. Les fondateurs d'Okaïdi s'offrent un joli coup d'estime en prenant les commandes du spécialiste du ludo-éducatif délaissé par le groupe multinational PPR. Les nouveaux dirigeants roubaisiens s'expriment pour nous pour la première fois et c'est une belle histoire...

Éveil & Jeux était à vendre. C'était un jouet magnifique selon les experts du secteur, mais un beau jouet cassé par la FNAC, en tout cas délaissé par le groupe PPR, propriétaire de cette dernière. La petite maison de jeux bâtie de toutes pièces par Gilbert et Margaret Milan était devenue la référence du magasin de jouets sans grandes marques nationales. La fondatrice ne le dira pas franchement, mais la confusion avec la FNAC Junior et surtout la restructuration qui s'ensuivit furent à l'origine de la perte de 10 millions en quatre ans.

Un jeu d'enfant

Quand PPR annonce sa volonté de s'en débarrasser, les magasins perdent du volume d'affaires (150 millions d'euros en 2010), mais cartonnent toujours sur leur site de vente en ligne sur Internet. La marque est leader sur le Web et c'est le 13e site marchand français en terme de trafic avec un fichier de quatre millions de clients.

Mieux, l'esprit de la maison est en phase avec celui de Jean Duforest et de Jean-Luc Soufflet, amis de trente ans, cofondateurs d'Okaïdi et de ce qui deviendra rapidement ID Group. « On reste dans l'ADN d'Éveil & Jeux sur le progrès de l'enfant et le bien grandir », explique Jean Duforest. « Nous voulions nous diversifier, sortir du textile, ne pas s'enfermer », ajoute Jean-Luc Soufflet. La connivence est évidente, les deux amis se réjouissent qu'une entreprise patrimoniale dirigée par deux familles au boulevard de Fourmies de Roubaix ait pu mettre la main sur la filiale d'un groupe mondialisé, parisien et coté en Bourse.

Les premiers contacts eurent lieu en mars après des repérages menés depuis quatre ans. La négociation avec PPR eut lieu en juillet et la vente signée le 30 septembre. « PPR n'a jamais visité Éveil &Jeux en cinq ans », confie Jean-Luc Soufflet. En février, Éveil &Jeux intégrera le grand magasin d'ID Group de Faches-Thumesnil sur 2 000 m² alors que la marque FNAC disparaîtra au printemps. La recherche de sites Éveil & Jeux va se poursuivre en France avec une soixantaine de magasins, au lieu de 40 actuellement. •

La Voix Éco