Presse-régionale.fr

Pêche

PECHE

Le hareng côtier ne fait plus la fortune des fileyeurs comme par le passé...

mardi 16.11.2010, 05:05
Le hareng côtier ne fait plus la fortune des fileyeurs comme par le passé... Armand Magnier, patron du Saint-Jules, un des rares bateaux qui pêchent encore le hareng. PHOTO GUY DROLLET.

On fêtait le hareng nouveau dimanche au Portel. On le fêtera encore ce dimanche à Boulogne-sur-Mer pour perpétuer la tradition et le folklore. Est-ce que celui dont on dit qu'il a fait la fortune de Boulogne fait toujours celle des pêcheurs ? Pour Armand Magnier, patron d'un fileyeur, les temps ont bien changé...

C'est en ce moment que le hareng côtier est le plus apprécié des gourmets. Le mois prochain, il sera déjà moins bon. « En décembre, il pond, il est moins gros. La meilleure des saisons, c'est en ce moment, fin octobre, début novembre. Ils sont bien pleins, bien gros, la chair est fine », explique Armand Magnier, patron du Saint-Jules, un petit bateau de 12 m. C'est l'un des rares de la flottille de 70 fileyeurs du quai Gambetta à encore pêcher le hareng côtier.

C'est un signe. La pêche au hareng n'intéresse plus les pêcheurs boulonnais. Pourquoi ? « Parce que ça ne se vend plus bien, répond Armand Magnier. Le mareyeur n'en veut plus, il préfère les harengs des chalutiers à boeuf (le chalut est tiré par 2 navires) car ils sont déjà écaillés. Nous, ils sont vivants, il faut les écailler, c'est un coût de main d'oeuvre en plus pour lui. Pour ces raisons, on ne cherche plus à en faire des tonnes. On en pêche toujours un peu pour nos clients sur le quai. C'est un produit frais, de saison et recherché par les anciens qui l'apprécient, les jeunes beaucoup moins. » Le hareng est passé de mode dans l'habitude de consommation des (jeunes) ménages. Trop d'odeur quand on le cuisine à la poêle, trop d'arêtes aussi.

Désormais, on verse dans la nostalgie des grandes années à hareng. « Comme en 1978-1979, j'allais en mer avec mon père, poursuit l'Équihennois. Il se vendait 10 francs le kilo et les gens se battaient pour l'avoir. Pendant les mois d'hiver, le hareng c'était un vrai plus, en même temps que la morue. On travaillait bien. Tout était vendu. J'ai connu trois fêtes du hareng où on a réussi à faire une tonne et, en un week-end, c'était écoulé. Aujourd'hui, quand on a 300 kg, c'est à peine si on finit de les vendre ».

De 20 petits bateaux pendant ces très bonnes années, ils ne sont plus que quatre aujourd'hui à le pêcher. La page du hareng est en train d'être tournée à Boulogne pour les fileyeurs. Le livre n'est pas pour autant refermé car les chalutiers étaplois en pêchent toujours plus de 1 000 tonnes. •

PAR ROMAIN DOUCHIN

Lire aussi en Pêche

Nos fiches pratiques et dossiers

«Novembre 2018»

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
Nominations
Voir toutes les nominations
  • 06 Septembre 2012

    Franck Allard

    À 51 ans, Franck Allard est nommé directeur financier de la filiale immobilière du groupe Auchan, basée dans le Nord...

    Immochan
  • 06 Septembre 2012

    Vianney Dumas

    Jusqu’alors directeur financier d’Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, il est nommé à 53 ans directeur général immobilier du groupe en Chine, notamment grâce à sa bonne connaissance du marché chinois puisqu’il fut de 2001 à 2004 directeur financier d’Auchan Chine...

    Auchan Chine
  • 05 Septembre 2012

    Christophe Cappe

    Il est depuis aujourd’hui le nouveau président du directoire de la société de tête du groupe SIA, acteur majeur du logement social
    dans la région, en succession de Bernard Ranvier...

    SIA Habitat
Signaler une nomination

Nos derniers dossiers

LA VOIX DU NORD

LE JOURNAL du 10/06/2012

INTEGRALITE DE LA VOIX DU NORD EN PDF

Téléchargez l’édition de votre choix